Intéressant

Char moyen M2

Char moyen M2



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Char moyen M2

Le char moyen M2 a été le premier char moyen américain à être produit en nombre raisonnable, mais était déjà obsolète au moment où il est entré en production en 1939, et a rapidement été remplacé par le M3, lui-même considéré comme une conception provisoire pendant que les travaux étaient terminés sur le Sherman M4.

En 1936, les travaux ont commencé sur le char moyen T5. Cela marquait une rupture avec les récents modèles de chars moyens américains, qui avaient tous utilisé la suspension Christie, avec la possibilité d'utiliser des chenilles ou des roues. Le T5 utilisait un certain nombre de composants du Light Tank M2, notamment sa suspension à ressort à volute verticale.

Le T5 avait trois bogies VVSS de chaque côté, chacun portant deux roues de route. Les roues étaient fixées à une jambe de force centrale sur des bras pivotants presque horizontaux. Ceux-ci étaient suspendus au sommet du bogie sur des ressorts à volutes verticaux (faits en enroulant une bande de tôle pour produire un ressort où les bobines pouvaient glisser les unes sur les autres, augmentant ainsi la plage de mouvement). Le T5 était armé de quatre mitrailleuses montées dans des flotteurs au coin du compartiment de combat, d'un canon à haute vitesse de 37 mm et d'une mitrailleuse dans la tourelle, de deux mitrailleuses à l'avant et pouvait emporter deux mitrailleuses anti-aériennes.

En juin 1939, le T5 fut standardisé en tant que char moyen, M2. Dix-huit M2 ont été autorisés au cours de l'exercice 1939, la production commençant à l'été 1939. 54 autres M2 ont été autorisés pour l'exercice 1940, mais aucun d'entre eux ne sera construit. Les tests sur le deuxième M2 ont suggéré que des améliorations étaient nécessaires, conduisant au M2A1, qui a reçu une nouvelle tourelle plus grande, un blindage accru et un moteur plus puissant, mais a conservé le canon principal de 37 mm et plusieurs mitrailleuses.

Après la chute de la France à l'été 1940, le M2A1 a été commandé en production de masse. L'arsenal de Rock Island était trop petit pour produire le nombre de chars requis, c'est pourquoi, en juin 1940, on a demandé à Chrysler s'ils pouvaient construire les chars. Chrysler a accepté et, le 17 juin 1940, a reçu un ensemble complet de plans pour le M2A1. Le 15 août 1940, ils reçurent un contrat pour la production de 1 000 M2A1 d'ici août 1942. Cela nécessiterait la construction d'une nouvelle usine de chars à Detroit Arsenal, qui devait être achevée le 15 septembre 1941. La production devait démarrer dans les douze mois. du contrat en cours d'émission, et atteindre 100 réservoirs par mois dans un délai de 15 mois.

Dans le même temps, l'armée américaine étudiait la campagne aux Pays-Bas et en France, et était arrivée à la conclusion que le M2A1 était déjà obsolète. Les nouveaux Panzer III étaient déjà armés d'un canon de 50 mm, tandis que le Panzer IV utilisait un canon de 75 mm. Des travaux avaient déjà été effectués sur l'installation d'un canon de 75 mm dans le châssis du char moyen T5, et le 28 août 1940, seulement 13 jours après son émission, le contrat M2A1 a été annulé et remplacé par un pour 1 000 des encore être conçu pour les chars moyens M3.

Cela n'a pas mis fin à la production du M2A1. L'armée américaine manquait toujours désespérément de chars et l'arsenal de Rock Island avait la capacité d'en construire un nombre raisonnable. Un contrat a été émis pour la production de 126 M2A1, et le premier de ce lot a été achevé en décembre 1940. En août 1941, un total de 94 avaient été achevés, mais à ce moment-là, la production du M3 avait déjà atteint 80 par mois, ce qui rend le M2A1 excédentaire aux besoins et les 32 chars restants ont été annulés.

Les M2 et M2A1 ont été utilisés comme véhicules d'entraînement dans la Force blindée, avant d'être déclarés obsolètes à la fin de 1942.

M2

Le M2 était une sorte de conception de compromis. Au cours des années 1930, des conceptions avaient été envisagées qui transportaient la plupart de leur armement dans une tourelle entièrement traversante et d'autres qui transportaient un armement lourd de mitrailleuses transportées dans une superstructure fixe en barbette. Le M2 combine ces deux caractéristiques. Le compartiment de combat était un octogone écrasé, avec des mitrailleuses montées sur les quatre faces diagonales. Ceux-ci étaient transportés dans des flotteurs qui ressemblent à des canons blindés, avec le canon à l'avant et un dos ouvert à l'intérieur du compartiment de combat.

Une tourelle était montée au sommet de ce compartiment de combat et portait un canon M3 à haute vitesse de 37 mm et une autre mitrailleuse de .30 pouces. La tourelle avait des côtés inclinés et était également de forme à peu près octogonale.

Deux autres mitrailleuses ont été installées à l'avant de la coque, et il y avait des installations pour deux mitrailleuses anti-aériennes, pour un total potentiel de neuf mitrailleuses.

Afin de faire fonctionner tous ces canons, le M2 avait un équipage de six personnes - un commandant, un conducteur et quatre artilleurs !

Le M2 était propulsé par un moteur radial Wright refroidi par air de 350 ch à l'arrière, avec la transmission finale à l'avant. Le conducteur était assis au-dessus du lecteur, juste devant la tourelle, avec des plaques blindées inclinées allant vers l'avant et les côtés (ressemblant à une demi-pyramide). Derrière la superstructure se trouvait un pont moteur plat. La direction était assurée par un système de différentiel contrôlé, qui était beaucoup plus efficace à haute vitesse que le système d'embrayage et de freinage utilisé sur les réservoirs précédents.

L'une des caractéristiques les plus étranges du M2 était les plaques de déflexion installées à l'arrière du réservoir. L'idée était que le M2 pourrait traverser une tranchée et que les mitrailleuses arrière tireraient sur les plaques de déviation, ce qui enverrait des balles dans l'espace derrière et sous le char. Sans surprise, ces plaques n'étaient peut-être pas très efficaces.

M2A1

Le M2A1 était en grande partie similaire au M2, mais avec un moteur plus puissant de 400 ch, un blindage plus épais, une protection améliorée pour les sponsons de la mitrailleuse et une nouvelle tourelle. La nouvelle tourelle a conservé la disposition à peu près octogonale de l'original (bien qu'avec une augmentation de taille), et avait des côtés verticaux plutôt que inclinés, augmentant l'espace interne. Le M2A1 a été standardisé en 1940, mais à ce moment-là, il était déjà obsolète et les plans de production à grande échelle ont été considérablement réduits.

Versions expérimentales

Le M2 a été utilisé pour un certain nombre d'expériences. Le M2 avec projecteur de flammes E-2 a pris un M2 standard et a remplacé le canon de 37 mm par un projecteur de flammes E-2. Deux réservoirs de combustible à flamme étaient transportés à l'intérieur du réservoir.

Le M2 a également été utilisé pour tester des kits de blindage supplémentaires, ajoutant jusqu'à 3 pouces au blindage existant au prix de 9 500 lb de poids supplémentaire.

Statistiques M2
Fabrication : 15
Longueur de la coque : 17 pieds 8 pouces
Largeur de coque: 8ft 7in
Hauteur : 9 pieds 4.5 pouces
Équipage : 6
Moteur : Radial 9 cylindres Wright refroidi par air, 350 ch
Vitesse maximale : 26 mph
Armement : Un canon de 37 mm, huit mitrailleuses

Statistiques M2A1
Fabrication : 94
Équipage : 6
Poids : 23 tonnes
Moteur : moteur radial 9 cylindres Wright refroidi par air, 400 ch
Vitesse maximale : 30 mph
Armement : Un canon de 37 mm et huit mitrailleuses
Armure : 1 1/4 po


Tirer le calibre .50 à partir d'un char Sherman : à quelle fréquence cela a-t-il été fait ?

Dès le premier instant où les premiers chars sont arrivés sur le champ de bataille pendant la Première Guerre mondiale, ils ont changé à jamais la façon dont les batailles terrestres seraient menées. Il en va de même de l'introduction des premières vraies mitrailleuses, qui ont abattu les fantassins par bandes sur les champs de bataille de France de 1914 à 1918.

Au début de la Seconde Guerre mondiale en 1939, les chars et les mitrailleuses avaient été perfectionnés et perfectionnés en termes de conception et d'efficacité. Les chars utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale étaient beaucoup plus agiles que ceux qui avaient été utilisés pendant la Première Guerre mondiale, tandis que les différents types de canons montés sur les chars ultérieurs devenaient plus diversifiés et plus maniables.

Souvent, des canons qui avaient acquis une réputation redoutable sur le champ de bataille se retrouvaient sur des chars. Un exemple en était la mitrailleuse M2 Browning, qui était montée sur certains chars M4 Sherman – comme on le voit dans une scène de l'émission télévisée sur le thème de la Seconde Guerre mondiale. Bande de frères.

Chars Sherman M4 de l'armée américaine chargés dans un char de débarquement (LCT), prêt pour l'invasion de la France, v. fin mai ou début juin 1944

Dans la scène en question, on voit un soldat tirer avec le M2 Browning lors d'une attaque. Cela a en fait été fait dans des situations de combat au sol pendant la Seconde Guerre mondiale, mais n'était peut-être pas aussi courant que les émissions de télévision le prétendent.

Alors que la scène dans Bande de frères représente un soldat utilisant le Browning pour un assaut au sol, l'une des principales raisons pour lesquelles les mitrailleuses de calibre .50 ont été montées sur les Sherman était à des fins antiaériennes. Pour comprendre pourquoi cela a été fait, il faut examiner à la fois la mitrailleuse M2 Browning et le char M4 Sherman un peu plus en profondeur.

Un soldat américain en Normandie monte la garde avec le M2HB installé sur un support à double usage.

La mitrailleuse M2 Browning de John Browning - connue sous le nom de "Ma Deuce" - est une mitrailleuse de calibre .50 conçue pour la première fois pendant la Première Guerre mondiale et fabriquée à partir de 1933. Il est toujours utilisé aujourd'hui, ce qui en fait l'une des conceptions d'armes à feu militaires les plus anciennes actuellement utilisées, juste derrière le pistolet semi-automatique modèle 1911 .45 ACP, qui a également été conçu par John Browning.

Sa puissante cartouche BMG de calibre .50 est bien adaptée à un certain nombre d'applications et est efficace contre les véhicules légèrement blindés, les avions volant à basse altitude et l'infanterie. C'est une arme lourde, pesant 121 lb avec chemise d'eau ou 84 lb sans chemise d'eau. En raison du recul de la cartouche .50, il nécessite généralement deux mains pour fonctionner.

Munitions pour une mitrailleuse de calibre .50 BMG

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le M2 Browning a été largement utilisé, des unités américaines utilisant ces mitrailleuses dans leurs avions, à pied et, bien sûr, sur des chars. Les Allemands détestaient ce canon pour son efficacité contre leurs troupes et le coup de poing qu'il offrait contre leurs véhicules légèrement blindés.

Un inconvénient de l'utilisation des canons M2, à travers, était qu'en raison de leur taille, l'opérateur devait généralement se tenir debout et donc être exposé au contre-feu ennemi. C'était particulièrement un problème en ce qui concerne les M2 Browning montés sur des chars comme le M4 Sherman.

Le char M4 Sherman lui-même, le char moyen allié le plus utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale, était légendaire pour sa maniabilité, sa fiabilité et son efficacité contre les chars de l'Axe. Il offrait une protection adéquate à ses occupants contre les tirs d'armes légères, mais si l'un des opérateurs voulait utiliser le M2, il devrait essentiellement quitter la protection du char pour le faire, s'exposant ainsi au feu ennemi.

Sherman M4A1 (76). Photo : Bakou 13 / CC By-SA 3.0

Alors que le M2 sur les Sherman était censé être destiné à la défense antiaérienne et pouvait s'avérer utile dans certaines circonstances, les opérateurs de chars n'étaient souvent pas satisfaits de l'endroit où il était monté en raison des inconvénients de la position de montage. Non seulement l'opérateur était exposé au feu ennemi, mais cela affectait également la mobilité du char, s'accrochant aux branches des arbres ou à d'autres choses que le char passait ou traversait.

Certains équipages de chars l'ont repositionné pour mieux l'utiliser comme arme antipersonnel, tandis que d'autres ont simplement retiré complètement le canon. Ainsi, bien qu'il ait été destiné à la défense anti-aérienne, en réalité, ce n'était pas ainsi que le M2 était utilisé sur les M4 Sherman. En effet, les chars avec le Browning monté sur eux n'ont pas vraiment eu beaucoup d'occasions d'utiliser ces canons dans une capacité anti-aérienne.

Costume de Band of Brothers exposé au London Film Museum. Photo par Eduardo Otubo – London Film Museum CC BY SA 2.0

Ainsi, alors que la scène dans Bande de frères représente un acte qui était une réalité de la Seconde Guerre mondiale, l'utilisation du canon de calibre .50 monté sur des chars lors d'un assaut était quelque chose qui n'était pas extrêmement répandu.

Réalisant qu'il y avait un besoin d'une bonne arme antipersonnel sur leurs chars, mais étant insatisfaits du M2 pour une raison quelconque, certains équipages de chars Sherman l'ont remplacé par une mitrailleuse de calibre .30, qui présentait des avantages dans sa légèreté, sa facilité de l'exploitation et le fait que l'opérateur pourrait bénéficier d'une plus grande couverture.

L'utilisation et la position de montage du calibre M2 Browning .50 sur les chars Sherman M4 pendant la Seconde Guerre mondiale, et le retrait, le repositionnement ou le remplacement ultérieur du canon par de nombreux équipages Sherman montre comment certaines conceptions militaires peuvent fonctionner sur papier et en théorie, mais nécessitent le genre de raffinement que seule l'expérience du champ de bataille peut fournir afin d'être poli et perfectionné.


Char moyen M2 - Histoire

John Deere (Deere and Company) dans la Seconde Guerre mondiale
Moline, Illinois
Waterloo, IA (Iowa Transmission Company, division de John Deere)
1837-Aujourd'hui

John Deere est le nom de marque de Deere and Company, qui a vu le jour en 1837 à Grand Detour, dans l'Illinois. L'entreprise produisait à l'origine des charrues. Aujourd'hui, son équipement iconique vert et jaune se voit partout aux États-Unis. C'est devenu une icône américaine.


John Deere a commencé par fabriquer des charrues avec des lames en acier plutôt qu'en fonte. Cela a empêché le riche sol noir et humide du Midwest de coller aux lames. C'est l'une des nombreuses expositions au pavillon John Deere à Moline, Illinois. Photo de l'auteur ajoutée le 7-1-2019.

Note de l'auteur: Il s'agit de la plus ancienne entreprise répertoriée sur ce site. Quelle longue et fructueuse course pour cette entreprise ! DDJ 27/08/2018


Également au pavillon John Deere se trouve ce tracteur à quatre roues motrices de 1917, l'un des 90 construits et le plus complet encore existant. C'était le premier tracteur de John Deere. Photo de l'auteur ajoutée le 7-1-2019.


Équipement John Deere avec son vert distinctif avec garniture jaune. Photo de l'auteur.

Je vis dans une région agricole de l'Indiana et je vois de nombreux tracteurs et moissonneuses-batteuses John Deere verts et jaunes dans les champs pendant les saisons de plantation et de récolte. Ils sont faciles à identifier par rapport à d'autres équipements agricoles d'autres fabricants d'équipements qui ont changé de couleur de peinture au fil des ans par le biais de fusions et de nouveaux propriétaires. J'ai également constaté que les agriculteurs propriétaires d'équipements John Deere sont extrêmement fidèles à la marque. Cela est dû en grande partie à quelque chose qui s'est passé il y a 90 ans, la Grande Dépression. De nombreux agriculteurs n'ont pas été en mesure d'effectuer des paiements sur leurs tracteurs John Deere en raison des temps difficiles de la Dépression. John Deere a travaillé avec les agriculteurs en prolongeant le financement ou en autorisant des paiements partiels ou différés. Les agriculteurs et leurs défunts qui continuaient à exploiter les fermes s'en souvenaient. Aujourd'hui, la fidélité à la marque John Deere est toujours profondément ancrée dans de nombreuses familles d'agriculteurs.


L'Iowa Transmission Company, John Deere Company Plant à Waterloo, IA a remporté le prix Army-Navy "E" à cinq reprises pendant la Seconde Guerre mondiale. La première récompense a été décernée en juillet 1942 pour la livraison en temps voulu de transmissions de chars M3 et M4.


John Deere
Statistiques de production de la Seconde Guerre mondiale : (2 190) tracteurs M2 à grande vitesse de 7 tonnes, (5 270) remorques blindées M8, (22 000) transmissions et ensembles d'entraînement final pour chars moyens M3 et M4, munitions (très probablement des obus ou des douilles d'obus.), unités de blanchisserie mobiles et pièces d'avion . John Deere a eu plus de 1 000 contrats militaires pendant la guerre, il y a donc sans aucun doute des statistiques supplémentaires.

Note de l'auteur: Ci-dessous, les première et deuxième photos du musée des tracteurs et moteurs John Deere montrent que l'entreprise fabriquait des munitions pendant la Seconde Guerre mondiale. J'ai noté plus haut qu'il s'agissait très probablement d'un composant de la munition, soit l'obus, soit l'enveloppe d'obus, comme ceux fabriqués par d'autres constructeurs de véhicules pendant la guerre. La fabrication des munitions réelles comprendrait l'assemblage de l'obus, de l'enveloppe de l'obus, de l'amorce et de la poudre. Cela a été fait exclusivement dans des arsenaux de munitions situés dans des zones reculées, en raison de la possibilité d'une explosion accidentelle. Les arsenaux de munitions comprenaient de vastes zones réglementées sécurisées. Par conséquent, je pense que le terme de munitions est incorrect dans ce cas. Sans aucun doute, John Deere a embouti ou usiné des composants de munitions qui ont ensuite été expédiés à un arsenal pour l'assemblage final le plus dangereux.

Très probablement, les composants des munitions John Deere étaient expédiés à l'usine de munitions d'Ankeny, IA située à proximité, construite en 1941 et gérée par la U.S. Rubber Company. L'usine a fabriqué des milliards de cartouches de mitrailleuses de calibre .30 et .50 pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1947, John Deere a acheté la partie industrielle de l'usine d'Ankeny Ordnance. Aujourd'hui, c'est l'usine John Deere Des Moines.

Véhicules John Deere de la Seconde Guerre mondiale Accepté par Detroit Ordnance, armée américaine
Les informations ci-dessous proviennent du "Rapport récapitulatif des acceptations, matériel de chars et d'automobiles, 1940-1945"
Publié par Army Services Forces, Office, Chief of Ordnance-Detroit, Production Division, Requirements and Progress Branch
21 janvier 1946.
Taper Pareil que 1940 1941 1942 1943 1944 1945 Le total
Tracteur, grande vitesse, 7 tonnes, M2 Cleveland Tractor Company "Cletrac" 31 2,159 2,190
Remorque, Blindée, M8 1,704 3,566 5,270
Le total 1,735 5,725 7,460

Note de l'auteur et avis de non-responsabilité : Le Detroit Office of Ordnance de l'armée américaine était la principale entité d'achat de véhicules pour l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a également acheté des véhicules pour l'USMC, l'US Navy et pour le prêt-bail. Cependant, d'autres organisations ont également acheté des véhicules, notamment l'Army Corps of Engineers, l'U.S. Army Air Force, l'U.S. Army Signal Corps, le Navy Bureau of Ordnance, le Navy Bureau of Aeronautics et des pays étrangers effectuant des achats directs.


La Cleveland Tractor Company a conçu le tracteur à grande vitesse M2 de 7 tonnes pour l'armée américaine afin qu'il soit utilisé comme moteur d'artillerie. Cependant, le "Cletrac" comme on l'a connu, a été largement utilisé par l'USAAF pour déplacer des avions sur des pistes d'atterrissage non préparées. Entre John Deere et la Cleveland Tractor Company, un total de 8 510 ont été construits. La production de 2 190 de John Deere représentait 26 % du total des unités produites. Sur la photo, un tracteur Cleveland construit M2 est exposé au Museum of the United States Air Force. Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


John Deere était le seul producteur de la remorque blindée M8.

Musée du tracteur et du moteur John Deere, Waterloo, IA Exposition de la Seconde Guerre mondiale : Mes premières tentatives pour trouver des informations sur John Deere n'ont pratiquement rien donné. Puis, en juillet 2018, mon fils a effectué un voyage d'affaires dans l'une des usines John Deere à Waterloo, IA. Ensuite, il s'est rendu au musée qui présentait l'exposition de la Seconde Guerre mondiale ci-dessous. Grâce à cela et à d'autres nouvelles informations que je venais d'obtenir récemment, j'ai pu assembler cette page sur John Deere pendant la Seconde Guerre mondiale.


Photo reproduite avec l'aimable autorisation de David D. Jackson, Jr.


Photo reproduite avec l'aimable autorisation de David D. Jackson, Jr.


Comme indiqué ci-dessus, la division Iowa Transmission de John Deere à Waterloo, IA, était le principal sous-traitant pour l'assemblage de transmission et d'entraînement final du char moyen M3. 5 958 chars moyens M3 ont été produits en 1941-1942. L'affichage ci-dessus fait également référence au char moyen M4 Sherman dont la production a commencé en 1942, remplaçant le M3 sur les chaînes de montage. Les 22 000 transmissions et ensembles d'entraînement final produits à Waterloo étaient répartis sur les deux types de chars et un type de chasseur de chars, le M10 Wolverine. Les transmissions et les assemblages d'entraînement final étaient interchangeables entre les deux chars et le M10.John Deere et son usine de transmission de l'Iowa Company avaient des contrats totaux combinés pour des transmissions et des assemblages d'entraînement final d'une valeur de 6 139 050 $ pendant la Seconde Guerre mondiale. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de David D. Jackson, Jr.


La partie supérieure de l'exposition montre que John Deere a également fabriqué des pièces d'avion pour plusieurs avions militaires américains très importants et célèbres. La partie droite de la photo implique correctement que Waterloo a acheté le moulage de l'armure d'entraînement final et n'a fait que l'usinage. D'autres entreprises ont fait les moulages. L'affichage de gauche sur la photo implique qu'une partie du travail pour les transmissions et les assemblages d'entraînement final a été effectué dans ses usines de Moline, dans l'Illinois. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de David D. Jackson, Jr.


Le char sur la photo est un char Sherman M4A1 avec un canon principal de 75 mm. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de David D. Jackson, Jr.

Pavillon John Deere, Moline, Illinois : J'ai pu trouver plus d'informations au pavillon John Deere en juin 2019. Plusieurs nouvelles informations ont été trouvées ici.


En 1943, la John Deere Harvester Works à East Moline, IL fabriquait des pièces d'avion.


Des blanchisseries mobiles ont été construites à John Deere Wagon Works à Moline, dans l'Illinois.


Des ouvriers assemblent un tracteur à grande vitesse M2 à l'usine de montage de guerre de Moline en 1943.


Ce char M3 Medium a le moulage en trois pièces d'origine pour l'assemblage final de l'entraînement. Au fur et à mesure que la guerre progressait, il a été remplacé par le moulage en une seule pièce montré sur la photo ci-dessous. Photo de l'auteur.


Ce M4A2 (76) construit par Fisher Body était l'un des 49 234 chars de la série M4 construits pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela a le moulage en une seule pièce plus moderne pour l'assemblage d'entraînement final. Photo de l'auteur.


Il s'agit d'une vue en coupe d'un char Sherman M4A2 au Musée canadien de la guerre à Ottawa, en Ontario. Il permet d'examiner en profondeur les transmissions et les ensembles d'entraînement final fabriqués par John Deere. Le moteur se trouvait à l'arrière du réservoir et un arbre de transmission traversait le compartiment de l'équipage à l'arrière de la transmission. De là, la puissance était transmise aux chenilles par l'ensemble d'entraînement final. L'ensemble de l'essieu avant peut être vu ici. Photo de l'auteur.


L'arbre de transmission du moteur est visible en bas à gauche. Les engrenages internes fabriqués par John Deere peuvent être vus assemblés dans la transmission. Photo de l'auteur.


Ici, l'engrenage peut être vu dans l'ensemble d'entraînement final. Photo de l'auteur.


Les freins à disque côté conducteur du char Sherman sont visibles au dos de la photo. Photo de l'auteur.


Le M10 Wolverine utilisait le même ensemble de transmission et d'entraînement final que les chars M3 et M4. Photo de l'auteur.

Composants d'avions : Comme indiqué dans l'exposition du John Deere Tractor and Engine Museum illustrée ci-dessus, John Deere a fabriqué des pièces d'avion pour le Grumman TBM Avenger, le Grumman F4F/FM-2 Wildcat, le Grumman F6F Hellcat, le Republic P-47 Thunderbolt, le Curtiss C-46 Commando, le Douglas C-54 Skymaster et le Douglas A-26 Invader. Il s'agit d'une liste très impressionnante d'avions américains de la Seconde Guerre mondiale, pour lesquels John Deere a fabriqué des pièces.

Bien que le type et le nombre de pièces soient inconnus, vous trouverez ci-dessous des photos des types d'avions avec lesquels John Deere a été impliqué.


Grumman TBM Avenger. Le tunnelier a été conçu par Grumman mais la division Eastern Aircraft de General Motors a construit l'avion. Le TBM était le principal bombardier-torpilleur de la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Photo de l'auteur.


Chat sauvage Grumman FM-2. Le Wildcat a été conçu par Grumman, mais la division Eastern Aircraft de General Motors a construit la version FM-2 de l'avion comme celle-ci. Photo de l'auteur.


Grumman F6F Hellcat. Grumman était le constructeur exclusif de la F6F. Les pièces de John Deere dans le F6F Hellcat l'ont aidé à détruire plus d'avions japonais que tout autre avion pendant la guerre. Le Grumman Hellcat a abattu 5 160 avions de combat japonais. Photo de l'auteur.


La République P-47. Republic a construit le P-47 à Farmingdale, NY et Evansville, IN. C'étaient les combattants américains les plus gros et les plus lourdement armés de la Seconde Guerre mondiale. Photo de l'auteur.


Le Commando Curtiss C-46. Ce fut le plus grand transport bimoteur de la Seconde Guerre mondiale. Photo de l'auteur.


Le Douglas C-54 Skymaster était le seul transport américain à quatre moteurs pendant la Seconde Guerre mondiale. Photo de l'auteur.


Le Douglas A-26 Invader est arrivé à la fin de la guerre et a connu un service limité. Les composants John Deere de l'avion ont aidé l'A-26 à voler plus tard dans les conflits coréen et vietnamien. Photo de l'auteur.

Produits militaires actuels :


Ce chargeur frontal John Deere a été vu au salon aéronautique MCAS Beaufort, SC 2019. Il semble être l'un des 300 chargeurs frontaux construits pour l'USMC et désignés à 624J TRAM. TRAM est un acronyme militaire pour tracteur, véhicule polyvalent à pneus en caoutchouc, à direction articulée. Photo de l'auteur ajoutée le 7-1-2019.


Photo de l'auteur ajoutée le 7-1-2019.


Variantes[modifier | modifier la source]

Un Marine effectue l'entretien d'une mitrailleuse montée sur pivot M240, montée sur un VBL.

Un M240B utilisé par un soldat de l'armée américaine.

Le nom du fabricant de l'arme est le MAG 58. Le M240 est conforme aux spécifications FN MAG-58, ce qui permet d'échanger des pièces avec d'autres MAG-58 standard. Cela présente des avantages significatifs en matière d'entraînement, de soutien logistique, de polyvalence tactique et d'opérations interarmées. Par exemple, une unité américaine avec des troupes britanniques attachées pourrait fournir des pièces de rechange pour les L7, et vice versa. ΐ]

M240[modifier | modifier la source]

Cela a été adopté en 1977 par l'armée pour remplacer les mitrailleuses M73 et M219 7,62 & 160 mm, et le M85 .50 cal. Dans les années 1980, les Marines ont adopté les M240 et M240E1 pour une utilisation sur des véhicules comme le LAV-25.

M240E4/M240B[modifier | modifier la source]

La M240B est la mitrailleuse moyenne d'infanterie standard de l'armée américaine. Il est également en service dans l'US Air Force, la Marine et la Garde côtière. Il est configuré pour le combat au sol avec une crosse et un bipied, bien qu'il soit également monté à bord de navires et de petits bateaux. Il est presque toujours appelé "M240 Bravo" ou même simplement "240" verbalement, mais toujours écrit M240B.

Le M60E4 (Mk 43 tel que désigné par la marine américaine) a été opposé au (alors appelé) M240E4 lors des essais de l'armée au cours des années 1990 pour une nouvelle mitrailleuse moyenne d'infanterie, dans une compétition visant à remplacer les M60 vieux de plusieurs décennies. Le M240E4 a gagné, et a ensuite été classé comme le M240B. Cela a conduit à l'envoi de 1 000 M240 existants à FN pour une révision et un kit spécial qui les a modifiés pour une utilisation au sol (comme un stock, un rail, etc.). Cela a conduit à des contrats d'approvisionnement à la fin des années 1990 pour le tout nouveau M240B. Cependant, une nouvelle fonctionnalité a été ajoutée, un système de tampon hydraulique pour réduire le recul du feutre tel qu'incorporé dans le M60. [ citation requise Alors que le M240B avait été plus fiable lors des tests, il pesait quelques kilos de plus que le M60E4, ce qui a conduit au développement de la mitrailleuse M240L plus légère. Le M240 de l'armée converti en configuration M240B ne doit pas être confondu avec le grand nombre de M240/E1 convertis en configuration M240G pour le Corps des Marines.

Dans le Corps des Marines, le M240G est le prédécesseur du M240B. [ citation requise ] Les principales différences entre les deux variantes de mitrailleuses sont le système de rail picatinny, un tampon hydraulique à l'intérieur de la crosse pour réduire la quantité de recul ressentie par le tireur, et un seul réglage de gaz sur le bouchon du régulateur de gaz. Alors que le M240G avait trois réglages de gaz différents permettant à la mitrailleuse de tirer entre 650 et 950 coups par minute en fonction du réglage de gaz sélectionné, le M240B ne permet qu'une cadence de tir de 650 à 750 coups par minute. La raison pour laquelle le réglage du gaz a été limité sur le M240B est de ralentir la cadence de tir pour permettre la longévité de la mitrailleuse.

Le M240B est testé avec une nouvelle crosse réglable qui pourrait remplacer le stock actuel du M240B. Β] Le briquet M240L peut remplacer le M240B au service de l'armée américaine. Le Corps des Marines observe les progrès du M240L, mais estime qu'il est trop cher pour être adopté. Le Corps cherche plutôt à améliorer le canon M240B de plusieurs manières, notamment des revêtements en fibre de carbone, de nouveaux alliages ou des revêtements en céramique, pour alléger et renforcer le canon. L'objectif serait un baril qui n'aurait pas besoin d'être changé, aurait le même poids, mais réduirait la rétention de chaleur, réduirait le gauchissement et éliminerait les cuissons. Ils sont également intéressés à incorporer un suppresseur dans le canon, plutôt que d'avoir à en attacher un, pour réduire le bruit des tirs et rendre difficile la détermination de l'emplacement du tireur. Δ]

M240C[modifier | modifier la source]

Le M240C est une variante du coaxial d'origine (installé à côté de l'arme principale) M240, mais avec une alimentation pour droitier pour une utilisation sur le véhicule de combat M2/M3 Bradley et le LAV comme mitrailleuse coaxiale. Il est alimenté par la gauche sur les chars M1 Abrams et autres variantes M1 (M1A1, M1A2, M1A2 SEP). Le 240C utilise un câble de charge au lieu d'une poignée de charge, a une poignée pistolet coupée et dispose d'un ensemble de palette spécial qui permet d'actionner la gâchette au moyen d'un solénoïde. Étant donné que la mitrailleuse n'est pas destinée à être manipulée pendant l'utilisation, le canon est entièrement exposé et doit être manipulé avec des moufles en amiante lors des changements de canon.

M240E1 et M240D[modifier | modifier la source]

Le M240D a deux configurations possibles : avion et sortie (sol). L'avion configuré M240D a une vue avant et arrière et un groupe de déclenchement qui accueille le dispositif de prise de bêche. La configuration au sol implique l'installation d'un ensemble d'évacuation ou d'un « kit de modification d'infanterie » qui est conçu pour fournir au personnel navigant abattu une puissance de feu accrue. Le M240D est une mise à niveau du M240E1, principalement en ajoutant un rail optique sur le couvercle du récepteur. Le M240E1 est également équipé de poignées plates pour une utilisation flexible.

M240G[modifier | modifier la source]

Le M240G permet une uniformité dans tout le Corps des Marines, que l'arme soit utilisée dans un rôle d'infanterie, de véhicule ou aéroporté. Le M240G est la version au sol du M240 ou du M240E1, une arme de classe moyenne de 7,62 et 160 mm conçue comme une mitrailleuse coaxiale/montée sur pivot pour les chars et les VBL. Le M240G peut être modifié pour une utilisation au sol par l'installation d'un "kit de modification d'infanterie" (un suppresseur de flash, un guidon, une poignée de transport pour le canon, une crosse, une poignée pistolet de longueur d'infanterie, un bipied et un assemblage de visée arrière). Le M240G n'a pas de pare-chaleur avant et, en tant que tel, pèse quelques livres de moins que le M240B, pesant 25,6 £. Le M240G a trois réglages de gaz, permettant à cette arme de tirer entre 650 et 950 coups par minute. Au réglage de gaz un, l'arme tirera de 650 à 750 coups par minute, au réglage de gaz deux, l'arme tirera de 750 à 850 coups par minute et au réglage de gaz trois, l'arme tirera de 850 à 950 coups par minute.

M240E5/M240H[modifier | modifier la source]

Une amélioration du M240D, le M240H dispose d'un couvercle d'alimentation équipé d'un rail, d'un suppresseur de flash amélioré et a été configuré de manière à pouvoir être converti plus rapidement en standard d'infanterie à l'aide d'un kit d'évacuation. Le M240H mesure 41,2 pouces de long avec un canon de 23,6 pouces et pèse 26,3 livres à vide.

M240L[modifier | modifier la source]

Poids réduit M240L à canon court, la plus récente variante en service.

Le M240L (ou M240B Weight Reduction Program, anciennement M240E6), réduit le poids du M240B existant de 5,5 livres (2,5 & 160 kg). Ε] Pour réaliser des économies de poids de 18 %, le M240L intègre une construction en titane et des méthodes de fabrication alternatives pour la fabrication des principaux composants. Les améliorations qui en ont résulté ont réduit la charge de combat du soldat tout en permettant une manipulation et un mouvement plus faciles de l'arme. Le M240L peut remplacer le M240B au service de l'armée américaine. Γ] Il a été classé par type au quatrième trimestre de l'exercice 2010. Ζ] Η]

Spécifications de la mitrailleuse moyenne M240L 7,62 mm (légère): [ citation requise ]

  • Fonctionnement : À gaz (entièrement automatique)
  • Longueur : 48,5 pouces (44,5 pouces avec canon court)
  • Poids : 22,3 livres (22,3 & 160 livres)
  • Calibre : 7.62mm OTAN (7.62x51mm OTAN)
  • Portée effective maximale : 1 100 mètres avec trépied et T&E
  • Portée maximale : 3 725 mètres
  • Combustion du traceur : 900 mètres
  • Cadence de tir cyclique (tampon hydraulique) : 550-650 coups par minute

L'armée a initialement acheté 4 500 M240L et prévoit d'en acheter 12 000 au total. Δ]

Autres [ modifier | modifier la source]

Au SHOT Show 2012, Barrett Firearms Manufacturing a présenté son prototype de version M240 améliorée, appelée M240LW. Le M240LW est une version plus légère du M240, comme le M240L, mais le réalise sans utiliser de matériaux alternatifs ou coûteux ou de techniques de fabrication différentes. Au lieu de cela, il coupe autant de métal que possible du récepteur, qui est fabriqué en deux pièces puis boulonné ensemble. Cela enlève environ six livres au M240B d'origine. ⎖]


Les canons jouets les plus cool

Nous ne savons pas exactement à quoi ressemblent la plupart des modèles conceptuels OMT, mais nous pouvons faire quelques suppositions. En supposant qu'il existe trois modèles, ils représenteront presque certainement des versions petites, moyennes et lourdes de l'OMT.

Un véhicule plus petit pourrait conserver un gros canon, mais transporter moins de munitions. Il serait également plus léger, lui permettant d'être transporté par des avions tels que le C-17 Globemaster III, et substituerait un blindage de char lourd traditionnel à un système de protection active.

Un véhicule de taille moyenne appartiendrait à la catégorie de poids du M1A2 Abrams, tandis qu'un gros véhicule serait encore plus gros, conservant un blindage lourd pour éviter les obus et les missiles antichars ennemis, mais au détriment de la mobilité stratégique. Les réservoirs moyens et grands auraient à peu près la même largeur, afin de s'adapter aux wagons de chemin de fer.

Voici une prétendue image de l'un des designs OMT, publiée il y a plusieurs mois sur Twitter. L'image de droite apparaît tirée de cette présentation PowerPoint.

Image du projet NGCV OMT (Next Generation Combat Vehicle Optionally Manned Tank). #USArmy #Tank #MBT #NGCV #OMT
Via @PJ_shoui pic.twitter.com/Mqod6Fw4le

&mdash Le quartier des morts (@TheDeadDistrict) 3 août 2020

Chaque véhicule concept-char comporte des risques. Un véhicule plus léger pourrait être déployé plus rapidement par voie aérienne, mais dépendrait fortement du système de protection active, qui pourrait être moins efficace contre les obus antichars à grande vitesse. Un véhicule de taille moyenne devrait intégrer de nouveaux systèmes, tels que la protection active, la capacité de lancer et de récupérer des drones, et peut-être même des lasers anti-drone, dans le char tout en soutenant la croissance future.

Un char lourd offrirait la meilleure protection et la meilleure pérennité au détriment de la mobilité stratégique et tactique, en installant moins de chars dans les avions de transport et en laissant le char incapable de traverser des ponts civils plus légers.

Le char OMT sera probablement équipé d'un canon plus gros et plus puissant que le canon M256 de 120 millimètres monté sur le M1A2 Abrams. Une possibilité est la nouvelle Canon de réservoir Rheinmetall 130 millimètres, qui, selon l'entrepreneur allemand de la défense, fournit 50 % d'énergie cinétique en plus (19,5 mégajoules) que le M256 (environ 13 mégajoules).

Une autre possibilité consiste à déplacer jusqu'à 140 millimètres un canon de 140 millimètres conçu vers la fin de la guerre froide fourni 20 mégajoules d'énergie, mais la technologie moderne pourrait probablement améliorer cela. D'autres technologies de canon principal plus exotiques, y compris les railguns et les lasers, ne sont probablement pas prêtes pour les heures de grande écoute, bien que le char puisse utiliser un laser anti-drone plus petit.

Un problème avec les gros canons : les cartouches elles-mêmes sont trop grosses pour être malmenées dans la culasse. L'armée préfère les canons de char à chargement manuel en raison de leur simplicité et de leur cadence de tir plus élevée, mais un canon plus lourd l'obligera à supprimer le chargeur humain au profit d'un système de chargement automatique. Cela réduirait la taille de l'équipage de quatre à trois, laissant moins de membres d'équipage disponibles pour la maintenance et d'autres tâches.

Là encore, quelqu'un devra faire fonctionner à distance les chars OMT sans équipage, et l'armée peut encore inclure de la place pour un quatrième pétrolier pour contrôler les chars de drones.

L'armée prévoit de prendre une décision sur la manière de procéder avec l'OMT en 2023 et pourrait aligner le nouveau char d'ici 2030.


Militaire

La famille M2/M3 BFVS se compose du véhicule de combat d'infanterie M2/M2A1/M2A2/M2A3, du véhicule de combat de cavalerie M3/M3A1/M3A2/M3A3 et des dérivés de ces véhicules comprenant : des manpads sous blindage - l'intégration du système de missiles STINGER dans les véhicules M2A2/M3A3 les véhicules de l'équipe d'appui-feu Bradley et les variantes des véhicules du groupe de commandement.

La mission du véhicule de combat Bradley [BFV] est de fournir un transport mobile protégé d'une escouade d'infanterie vers des points critiques sur le champ de bataille et d'effectuer des missions de reconnaissance de cavalerie. Le BFVS fournira également des feux de surveillance pour soutenir l'infanterie à pied et pour supprimer ou vaincre les chars ennemis et autres véhicules de combat. Le véhicule de combat Bradley est un véhicule entièrement blindé et entièrement chenillé conçu pour transporter l'infanterie mécanisée en contact étroit avec l'ennemi. Il possède une mobilité tout-terrain suffisante pour suivre le char de combat principal Abrams, une puissance de feu à moyenne et longue portée capable de vaincre n'importe quel véhicule sur le champ de bataille, et est suffisamment blindé pour protéger l'équipage des menaces de l'artillerie et des armes légères. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'homonyme du véhicule, le général Omar Bradley, était connu sous le nom de « GI General ».

Le Bradley est capable de se rapprocher et de détruire les forces ennemies à l'appui des opérations de combat d'infanterie et de cavalerie montées et débarquées. La famille de véhicules de combat Bradley se compose actuellement de deux véhicules : le véhicule de combat d'infanterie M2 et le véhicule de combat de cavalerie M3. Tout comme son prédécesseur, la famille M113, le Bradley sera à terme la plate-forme d'une large gamme de véhicules d'assistance.

Le char M1 Abrams et le véhicule de combat d'infanterie M2 Bradley ont la protection blindée pour fournir un degré de survie relativement élevé sur le champ de bataille. Initialement, le Bradley était protégé contre les projectiles de 14,5 mm de tous les côtés. Le M2A2 offrait une protection contre les projectiles de 30 mm de tous les côtés et ajoutait des revêtements anti-éclats. Le M2A3 a ajouté une armure de toit en titane. Le BFV, tout en ayant une meilleure protection de blindage que le M113, manque de protection de blindage adéquate pour résister aux tirs ATGM moyens à lourds. Les armes antichars et antivéhiculaires portables telles que la grenade propulsée par fusée (RPG-7) sont capables de pénétrer 12 pouces d'acier. Un kit de blindage boulonné pour le M113, offrant une protection balistique de 14,5 mm, a été développé et testé. À l'exception des dispositions de montage, l'application de blindage externe n'a pas été incorporée pour la production du M113.

  • Transportez en toute sécurité l'infanterie vers des emplacements critiques sur le champ de bataille
  • Fournir un appui-feu pour couvrir leurs opérations à pied, et
  • Détruisez les chars ennemis et autres véhicules qui peuvent menacer l'infanterie qu'il transporte

L'armement principal du Bradley est le M242 25mm "Bushmaster" Chain Gun, fabriqué par McDonnell Douglas.Le M242 a un seul canon avec un mécanisme intégré à double alimentation et une sélection de munitions à distance. Les munitions perforantes (AP) ou explosives (HE) peuvent être sélectionnées en appuyant simplement sur un interrupteur. Le tireur peut choisir entre des modes de tir simple ou multiple. La cadence de tir standard est de 200 coups par minute et a une portée de 2 000 mètres (selon les munitions utilisées). Une large gamme de munitions a été développée pour cette arme, la rendant capable de vaincre la majorité des véhicules blindés qu'elle est susceptible de rencontrer, jusqu'à et y compris certains chars de combat principaux. La mitrailleuse M240C, montée à droite du Bushmaster, tire des obus de 7,62 mm.

Face à un blindage ennemi plus lourd, le Bradley s'appuie sur le missile antichar TOW, fabriqué par l'avion Hughes. Lancé à partir d'un lanceur à tube lisse, les ailes et les ailerons du missile sont repliés à l'intérieur de son corps jusqu'au lancement. Deux de ces missiles sont transportés prêts à tirer dans un rack de lancement blindé pliable à gauche de la tourelle. Le Bradley doit s'arrêter afin de tirer ces missiles, qui sont eux rechargés par les Fantassins à l'arrière du véhicule, à l'aide d'une trappe spéciale qui assure une protection blindée lors de l'opération de rechargement. Le missile est équipé d'une charge creuse massive, d'une ogive hautement explosive et est propulsé par un moteur à propergol solide à deux étages. La portée du missile TOW est de près de 4 kilomètres et le missile atteindra une vitesse de près de Mach 1 sur son chemin vers la cible. Cette arme est capable de détruire n'importe quel véhicule blindé existant aujourd'hui et est d'une précision mortelle.

Les chenilles larges et le groupe motopropulseur turbo-diesel de 600 chevaux donnent au véhicule la mobilité dont il a besoin pour suivre le rythme des Abrams et garder les soldats qu'il transporte à l'abri des dangers. Afin de répondre à l'exigence d'une déployabilité mondiale rapide, le Bradley peut être transporté par camion, train, bateau et avion de transport. De plus, tous les Bradley sont amphibies. Les premiers modèles étaient équipés d'une barrière d'eau, qui est érigée par l'équipage avant d'entrer dans l'eau - une procédure qui prend environ 30 minutes. Les modèles plus récents ont un ponton gonflable, qui s'adapte à l'avant et aux côtés du véhicule. Ce ponton se gonfle en 15 minutes environ, et est continuellement pressurisé pendant le fonctionnement. Le ponton est compartimenté pour assurer une protection contre le naufrage en cas de rupture du ponton. La propulsion hydraulique est assurée par des chenilles qui propulsent le véhicule à environ 4 MPH.

La fiabilité, la capacité de survie et la létalité du véhicule ont dépassé les attentes initiales. Sur les 2 200 Bradley impliqués dans l'opération Desert Storm, seuls trois ont été désactivés. En fait, plus de véhicules blindés ennemis ont été détruits par les Bradley que par les chars de combat principaux Abrams !

Les Véhicule de combat d'infanterie M2 [IFV] est un véhicule entièrement chenillé et légèrement blindé qui offre des améliorations significatives par rapport à la série M113 de véhicules blindés de transport de troupes. Le M2 possède une plus grande puissance, une plus grande accélération et une suspension avancée pour une augmentation significative de la vitesse de cross-country. Comme le M113, le but principal du M2 est de transporter des fantassins sur le champ de bataille, de les transporter et de les soutenir par le feu si nécessaire. Le M2 Bradley transporte un équipage de trois personnes (commandant, mitrailleur et conducteur) et une section d'infanterie de six hommes au combat.

Les Véhicule de combat de cavalerie M3 [CFV] est exactement le même châssis que le M2 IFV avec quelques différences internes mineures. Le M3 est un véhicule de cavalerie/éclaireur, au lieu de transporter 6 démontages dans le compartiment de charge utile, le M3 transporte une paire d'éclaireurs, des radios supplémentaires, des munitions et des obus de missiles TOW et Dragon ou Javelin. En fait, les seules différences notables entre le M2 et le M3 sont que les ports de tir externes pour les escouades M16 sont absents sur le M3.

Au début des années 1980, les États-Unis ont lancé une nouvelle forme d'expérimentation des vulnérabilités appelée Live-Fire Testing (LFT). Dans LFT, un véhicule complet, tel qu'un char ou un véhicule blindé de transport de troupes, est placé en état de préparation au combat, moteur en marche, plein de carburant et de munitions, et tire avec une menace supérieure. Seule l'absence d'équipe en direct compromet le réalisme réel de la rencontre. Une législation du Congrès avait été adoptée reconnaissant qu'en dépit des limites de conception définissant une protection absolue, les systèmes devaient néanmoins être testés en fonction des menaces susceptibles d'être rencontrées. Beaucoup de ces menaces pourraient être dépassées. La question était d'atténuer et d'améliorer de tels événements. De plus, LFT peut découvrir des vulnérabilités non prévues par les concepteurs de véhicules et améliorer la capacité de survie.

Les premiers LFT ont eu lieu contre le véhicule blindé de transport de troupes M113. Le tir réel de Bradley a en fait commencé avant les tests du M113, mais les tirs du M113 ont été terminés en premier. Pour la plupart, ces résultats n'étaient pas controversés. En 1985, les essais avaient commencé sur le véhicule de combat Bradley plus moderne. Pour accompagner les tests sur le terrain, les plans de test du programme exigeaient que les modèles de vulnérabilité soient utilisés à la fois pour prédire et, par la suite, pour être mis à niveau par les résultats réels de LFT. Au fur et à mesure que le test progressait et que les résultats étaient comparés aux prédictions du modèle, une tendance apparente de désaccord a commencé à émerger. Les critiques du bureau du secrétaire à la Défense (OSD) ont remis en question la fidélité de la modélisation de la vulnérabilité balistique existante.

À la fin de 1994, l'armée avait produit un total de 6 724 Bradley, 4 641 dans la configuration d'infanterie M2 et 2 083 dans la configuration de cavalerie M3. Trois versions du M2/M3 ont été achetées : 2 300 « de base », ou A0 Bradleys 1 371 A1 Bradleys qui intègrent le sous-système de missiles TOW 2 et 3 053 A2 « à haute capacité de survie ». Après la tempête du désert, l'armée a effectué la conversion du dépôt des Bradley A0 et A1 en configuration A2, en modifiant 1 423 A2 en configuration A2 ODS et en se préparant à mettre à niveau 1 602 A2 en configuration A3. Les M2/3A0 et A1 ont continué d'être mis à niveau vers la configuration A2 au cours de l'exercice 96. Les M2/3A2 sélectionnés ont été modifiés avec le package de mise à niveau ODS jusqu'à FY02. La première unité équipée (FUE) pour la variante A2 ODS était FY96.

Avec une flotte opérationnelle d'environ 4 042 véhicules d'ici 2015, le véhicule de combat Bradley assure le transport protégé d'une escouade d'infanterie vers des points critiques sur le champ de bataille et effectue des éclaireurs de cavalerie et d'autres missions essentielles. En 2014, l'armée a pris la « décision difficile qu'elle pourrait faire plus de bien en investissant dans l'ensemble de la formation plutôt que dans un véhicule spécifique.

ECP1 [propositions de modification technique] consiste à restaurer l'espace, le poids et la puissance du véhicule car Bradley est devenu assez lourd au fil du temps, et comme cela s'est produit, le véhicule est devenu de plus en plus bas sur ses amortisseurs. Au fur et à mesure qu'il se rapprochait du sol, non seulement il perdait son dégagement sur un terrain accidenté, mais il devenait également plus vulnérable aux IED. ECP1 mettra un nouveau système de suspension sur le Bradley et une nouvelle piste plus légère. Cela permettra au Bradley de supporter plus de poids et de remettre la fiabilité là où elle devrait être et de restaurer notre protection de garde au sol. Le contrat pour ce faire a été attribué à une petite entreprise à l'été 2014.

ECP2 consiste à restaurer la "puissance automobile" du Bradley. Il comprend un moteur plus gros et une nouvelle transmission. ECP2 ajoute également un système de gestion de l'alimentation intelligent pour fournir une meilleure distribution électrique sur le véhicule. Les mises à niveau préparent également le véhicule à accepter les futures mises à niveau du réseau.


Diamètre de l'anneau de la tourelle du char moyen M2

  • Ce sujet est verrouillé

RedShocktrooper #1 Publié le 11 déc. 2013 - 06:06

Une énigme assez discutable dans laquelle je me suis retrouvé en me demandant si le char moyen M2 pouvait accepter la tourelle M7. D'après ce que j'ai rassemblé jusqu'à présent :

Le M2 Medium pourrait monter la tourelle du M3 Stuart et vice versa (ainsi, nous pouvons supposer qu'ils ont le même diamètre de tourelle de 118,7 cm 1 ), les M3 et M5 Stuart ont tous deux le diamètre de l'anneau de tourelle 2 , mais le M8 Howitzer Motor Carriage a un anneau de tourelle plus grand de 138cm 3 .

Le M8 HMC, peut-être connu sous le nom de M8 Scott, est représenté deux fois dans World of Tanks : tout d'abord, en tant que M5 Stuart d'élite (dans une certaine mesure, en tout cas), et deuxièmement en tant que forme de stock du chasseur de chars M8A1. De là, nous pouvons déduire que le M2 Medium n'est pas par défaut compatible avec la tourelle M7 (la désignation officielle de la tourelle du M8 HMC), mais pourrait probablement être modifié pour le supporter.

La raison pour laquelle je poste ceci est parce que je ne suis pas tout à fait sûr que ce soit le cas si le M2 Medium pouvait si facilement être modifié pour accepter un canon de 75 mm (comme le M8 HMC pourrait - le M8A1 pourrait effectivement monter le canon M4 Sherman, le 75 mm M3 ) avec un simple changement d'anneau de tourelle (voir : Light Tank M5), alors pourquoi n'y a-t-il eu aucun effort apparent pour le faire ?

Je suppose qu'il y a des problèmes structurels liés, mais que je laisse à ce forum le soin de conclure car un rapide coup d'œil sur Internet ne me conduit pas à des preuves concluantes.


19 réflexions sur &ldquo #16 Les moteurs Sherman’s : quatre moteurs sont entrés en production. &rdquo

En ce qui concerne la multibanque A57 , la 251 était disponible dans le commerce jusqu'à la fin des années 70 . Les pièces spécifiques à l'A57 étaient peut-être rares, mais je suis sûr que Chrysler en a stocké beaucoup. Le 251 six a été utilisé dans les camions britanniques Commer (groupe Rootes) dans les années 50 et au début des années 60 jusqu'à ce que Chrysler achète 100% de la société en 1967. Jusqu'en 1967, Chrysler détenait une participation minoritaire dans Rootes. Ainsi, le 251 six cylindres était connu des Britanniques d'après-guerre et des pièces leur étaient disponibles. Je pense également que le 251 a finalement été installé dans le civil/quasi militaire WM-300 “Power Wagon” (militaire M-601 MDAP).

Y a-t-il déjà eu un moteur Ford ‘Power Pack’ ? Je crois avoir vu une photo d'un composé de deux moteurs de voiture Lincoln à 8 cylindres droits accouplés côte à côte à une transmission commune et alimentés avec du gaz d'aviation à indice d'octane élevé.

Mike,
Non utilisé dans un Sherman ou tout autre char que je connaisse, mais il y a eu beaucoup de moteurs AFV dans des prototypes au fil des ans, donc je ne suis pas une autorité.

[IMG – https://vk.targethunter.ru/rtrg/246980-hheIK.gif%5B/IMG – БРЕНДОВЫХ ЧАСОВ. 50% ! НА ССЫЛКУ, УЗНАТЬ О НИХ ПОДРОБНЕЕ http://bit.ly/2H01Jk8
ить часы интернет магазин часов
иа о 50%

“L'arsenal américain : le catalogue officiel des munitions standard de la Seconde Guerre mondiale”

J'ai trouvé quelques spécifications de moteur dans ce livre, via Google Books, qui mentionne également le Guiberson 1400. Pas beaucoup ont été construits apparemment. Il donne les spécifications des moteurs M4 et remplit certaines données manquantes telles que les dimensions du moteur, y compris le R975, sous une forme tabulée de manière pratique. Vous pouvez afficher les tableaux en recherchant ‘Moteurs de chars moyens et lourds’ sans guillemets, ce qui vous mènera au chapitre. Cliquez et maintenez vous permettra de tirer les pages de haut en bas. Un tableau est à la page 37 et un deuxième à la page 38
Voici le lien qui peut vous amener directement au chapitre.

Steve
C'est une super trouvaille, je veux un exemplaire de ce livre pour mes étagères !

Si je trouve des informations sur l'un des moteurs, je les posterai ici. Vous avez fait beaucoup de recherches minutieuses et produit une bonne vue.
Tous mes vœux.

Puis-je vous féliciter pour ce site vraiment excellent.

Si je peux me permettre une humble suggestion, un bonus supplémentaire serait les dimensions globales de chaque moteur, en plus des données déjà fournies. Ce n'est pas aussi simple qu'il y paraît, car même les manuels techniques ne fournissent pas ces détails. Je crois que seule la longueur du vilebrequin est fournie dans TM9-1750G pour le diesel bicylindre GM utilisé dans le M4A2, par exemple. J'ai trouvé que c'était un problème avec les moteurs de chars britanniques en particulier et aussi avec les tailles d'anneaux de tourelle. Les auteurs préfèrent utiliser des mots comme ‘bigger’ et ‘wider’ sans citer les tailles spécifiques.

Les tailles des anneaux de tourelle et des moteurs sont deux spécifications cruciales déterminant les capacités d'un char particulier. Ce qui rendait le Sherman si polyvalent, c'était son anneau de tourelle relativement grand de 69 & 8243 et son grand compartiment moteur, cela ne semble jamais être dit.

C'est un site fabuleux, bravo.

Steve, j'ai inclus ces données dans le livret de données Ford GAA, et ce sera dans les livrets sur le GM 6046 et A57, mais jusqu'à présent, je ne peux pas trouver les dimensions sur le R975, bien sûr ce moteur est celui J'ai les moins bonnes données sur. Je travaille sur le livre de données 6046 au moment où nous publions ceci, les it’s L64 5/32, W 59 3/4 et H 49 1/32 qui sont tous en pouces.


414 réflexions sur &ldquo Mythes courants sur la Seconde Guerre mondiale &rdquo

Dites « oui » si vous connaissiez plus de 75 % de ces mythes. Je ne peux pas dire "oui" parce que je n'en connaissais qu'environ 50%, mais quand même

Je dis ARRR. (Quoi ? Je suis un Pirate). ARRRR.
.
Vous avez un badge de maître sur Grille aujourd'hui et un équipage à 100%.
.
NEMO.

Je dois dire que, en partie défectueux, ce jeu et sa communauté ont fait un excellent travail pour démystifier de nombreux mythes de la Seconde Guerre mondiale.

Je ne pense pas que cela ait aidé du tout. La plupart de ces faits sont sans contexte ou sans détails complets. Sans contexte, ces faits et la façon dont ils sont présentés ne signifient presque rien. Certaines d'entre elles sont également largement inexactes par rapport à des données plus largement acceptées et mieux étudiées.

C'est comme le mythe Tiger II d'être imperméable aux coups avant. Non, bien sûr, il n'était pas imperméable, mais pour l'instant, il n'a jamais été prouvé qu'il avait été pénétré de front au combat. Tous les exemples de pénétration ont eu lieu lors d'une sorte de tir d'essai, soit dans divers centres d'essai d'après-guerre, soit littéralement sur le côté de la route où le char a été trouvé.

Bon alors : je suis immunisé contre les balles, car je n'ai jamais été abattu au combat. Tout test comparant la chair relativement douce de mon corps au pouvoir de pénétration des balles n'est pas pertinent !

Mais le fait que je n'ai jamais été abattu au combat signifie quelque chose, le char n'est pas seulement son armure et suggérant que la qualité optique allemande n'avait rien à voir avec le verre Zeiss – a arrêté de lire

Votre dogme est brisé. Oh non, ça ne peut pas être vrai. Lisez l'article lié à ce sujet et vous comprendrez ce qui ne va pas.

Vous n'êtes pas en mesure de saisir l'élément de contexte. Je suppose donc que ces "faits" sont parfaits pour vous.

Certes, vous pouvez être insensible aux obus, mais après un coup HE de 122 mm à l'avant, tout/presque tout votre équipage sera mort.
C'est un meurtre confirmé ?

Mythes ? La plupart d'entre eux étaient de la propagande créée par l'Occident pour diaboliser certains pays.

Le M4A2 a été utilisé par l'USMC pour le fait que le diesel fonctionne dans un environnement d'eau salée, pas parce que le M4A2 était un reste et leur a été donné juste pour la merde dite "à tête rouge".

Le fusil Springfield M1903 était standard jusqu'en 1942, date à laquelle il y avait suffisamment de M1 pour commencer à équiper l'USMC élargi, la 1st Marine Div n'a été entièrement équipée selon TO&E qu'après Guadalcanal 1943.

Euh, je ne sais pas comment ce que vous avez lié réfute quoi que ce soit.
La façon dont je l'ai entendu est conforme à ce qui est écrit ici. Les Sherman « réguliers » en cours de production ont été affectés à l'armée américaine et à LL, les Marines devant récupérer les lots ultérieurs. Le M4A2 pouvait être récupéré tout de suite. Voulant des chars tout de suite plutôt que plus tard, l'USMC les a récupérés. Le carburant diesel était bon, mais l'USMC n'a-t-il pas cessé d'utiliser des Sherman diesel à la fin de la guerre ? Ce n'était donc probablement pas leur principale motivation pour obtenir le M4a2.

Oh, et le commentaire de Red Headed Stepchild sonne vrai pour moi. Devinez quoi, le budget de l'USMC provient du budget de la Marine, qui aime un peu que son argent aille aux navires et peut-être aux avions une fois que Billy Mitchell a finalement été justifié. “Marines make do” est presque autant leur devise que “Semper Fidelis”. Ce n'est pas un accident.

L'histoire de la façon dont les Marines se sont retrouvés avec la variante à moteur diesel du char Sherman est bien documentée dans le livre de Ken Estes “Marines under Armor” pages 55-58. Le livre explique comment le Corps des Marines se méfiait initialement du M4A2 car ils pensaient qu'il était sous-alimenté. Ils ont accepté l'A2 car c'était la seule version qui leur était disponible tout de suite, toute autre version nécessiterait une attente de plusieurs mois. Une fois en service, les Marines ont trouvé l'A2 apprécié. L'une des raisons pour lesquelles ils l'aimaient était que son carburant diesel était moins inflammable que l'essence, un facteur important étant donné que la pratique antichar japonaise impliquait souvent l'essaimage de véhicules d'infanterie et le placement de mines magnétiques sur le compartiment moteur. En outre, ils ont déclaré qu'ils aimaient la conception à deux moteurs, ce qui signifiait que si un moteur était endommagé au combat, le véhicule pouvait toujours se déplacer alimenté par le moteur restant. Plus tard dans la guerre, lorsque la production a été arrêtée sur l'A2, le Corps s'est plaint de devoir adopter la version M4A3.

Il est regrettable que vous ayez décidé d'emprunter la voie de la "propagande communiste" au lieu de "juste les faits" sur bon nombre de ces mythes. Il y a un biais très évident dans les mythes sélectionnés et la manière dont vous avez formulé votre démystification.

Le fil lié vaut la peine s'il s'agit d'un sujet qui vous intéresse.

Les mythes ont été largement contribués par la communauté. Je suis désolé si vous avez un problème avec ça.

Il y a un accent évident sur des mythes particuliers parce que ce sont ceux qui sont les plus insidieux. Si plus de gens affirmaient des mythes plus obscurs, moins centrés sur la Wehrmacht/SS, ils seraient nommés. Malheureusement, la réalité est que la plupart des conneries que nous devons parcourir sur les forums se présentent sous la forme de “Les SS étaient la force de combat la plus élitiste sur Terre”, “Le Tigre était le plus grand véhicule blindé jamais construit“ 8221, “La fabrication soviétique était une ordure dans tous les domaines”, et ainsi de suite. Indépendamment de la politique personnelle, la plupart de ces mythes sont le résultat combiné de la guerre froide et d'un désir d'exagérer les exploits de nos propres soldats pendant la Seconde Guerre mondiale.

Eh bien, vous pouvez retourner à l'Allemagne nazie de l'État policier capitaliste américain et lire à quel point tout le monde est inférieur et à quel point votre pays est supérieur si cela vous fait vous sentir mieux.

Ne vous souciez pas de la propagande communiste et de cette merde, mais beaucoup d'entre elles me semblent être une connerie totale. Par ces « faits » vous pourriez dire que les Allemands étaient des noobs complets, des idiots et que leurs chars étaient les pires qui soient. Je ne dis pas qu'ils étaient supérieurs en tout, mais tout cet article les a rendus vraiment pires que les pires. On se demanderait comment ils ont réussi à faire autant pendant la seconde guerre mondiale et à ne pas perdre en 2 jours contre des alliés.

Lel, ils ont perdu la guerre pour une raison, tu ne penses pas ? Quoi qu'il en soit, personne ne dit que les chars allemands étaient de la merde, mais ils avaient plusieurs défauts comme être généralement sur-conçus ou souffrir d'un manque de main-d'œuvre qualifiée et de matériel à la fin de la guerre.

“Lel, ils ont perdu la guerre pour une raison, tu ne penses pas ?”

Tu es bourré de cerveau ou quoi ? Sont capables de penser aux raisons pour lesquelles votre déclaration vide est stupide comme l'enfer, comment survivriez-vous quand vous vous feriez battre par +6 ?!

C'est stupide de se battre sur plusieurs fronts et d'attaquer seul l'un des ennemis les plus puissants, dans des années vous serez à court de ressources et le plus important plus de pétrole = plus de chars, de navires, d'uboots, d'avions et de véhicules et tout cela avec une seule nation contre tous.

> Sont capables de penser aux raisons pour lesquelles votre déclaration vide est stupide comme l'enfer, comment survivriez-vous quand vous serez battu par +6 ?!
Non mec, c'est ta déclaration qui était stupide.
>Les Allemands étaient des noobs complets, des idiots
Ils étaient complètement idiots pour s'être placés dans cette situation de guerre sur deux fronts en premier lieu.

Bizarre, on dirait presque que l'Allemagne a déclaré la guerre à la France et à la Grande-Bretagne.

C'est vrai, qui a besoin de déclarations de guerre stupides quand on peut envahir l'enfer depuis l'Europe centrale pendant que le reste du monde fait semblant de détourner le regard. Conseil de pro : il y a un moment où les autres ont dû se rendre compte qu'il y avait un éléphant dans la pièce : les Allemands rêvent de Lebensraum ou autre.

Et vous ignorez si vous pensez que la raison pour laquelle la guerre a été déclarée à l'Allemagne était de les empêcher d'être méchants avec leurs voisins.

>Étrange, on dirait presque que l'Allemagne a déclaré la guerre à la France et à la Grande-Bretagne.
Comme si ce n'était pas dû au fait que GB garantissait l'indépendance de la Pologne. Apprendre à l'histoire m8.

Ok, certaines de ces réponses sont complètement retardées. Jamais aller pleine retard.

Ouais parce qu'ils voulaient totalement que le Japon entraîne l'Amérique dans la guerre
Personne n'a jamais dit que leurs motivations pour envahir l'Europe étaient justifiées ou intelligentes, mais que leurs chars étaient plutôt bons
ohh et sur les mythes …
le seul pistolet qui n'est pas capable de pénétrer le kingtiger est le pistolet des panthères … WTF c'est des conneries ?! Le canon Panthers était connu pour être supérieur aux canons Shermans 76 et aux canons russes de 85 mm. Mais comme ce sont des résultats de tests soviétiques et que ces mythes sont traduits du russe en anglais, je ne suis pas surpris du contenu et du résultat de ces "mythes"

Décidez-vous idiot, vous avez utilisé vous-même le terme "stupide" envers les Allemands. Cela a rendu les chars allemands avancés, mais peu fiables, en particulier sur le territoire soviétique. Ajoutez à cela tant d'autres problèmes, comme des lignes d'approvisionnement surchargées, des problèmes de matières premières, de main-d'œuvre (c'est-à-dire que les Allemands n'utilisaient pas de femmes dans leur force de combat, ou même dans leur force de soutien, alors que leur main-d'œuvre était déjà beaucoup plus petite). On peut continuer et nommer les erreurs commises par les Allemands. L'erreur principale était le fait qu'ils étaient gouvernés par un idiot (qu'ils ont eux-mêmes élu, donc ça vous dit un peu des Allemands), qui était incompétent en termes de stratégie, ainsi que d'autres décisions militaires, comme les projets de guerre stupides qui ne mangeaient que des ressources et avaient l'air cool (des chars super lourds, par exemple). Les Soviétiques avaient également un idiot à la barre (c'est-à-dire une idée brillante d'assassiner la plupart des commandants expérimentés dans les années 30), mais les pertes rapides au début de la guerre ont changé le fait que les maréchaux/généraux avaient plus à dire, et eh bien, ils n'avaient pas peur d'utiliser parfois des stratégies, que seuls les Soviétiques pouvaient utiliser (attaques par vagues c'est-à-dire). Ils recevaient également de l'aide en matériel, ainsi que l'ouverture sur d'autres fronts des Alliés.

juste pour écarter votre petite flamme : ils (comme eux, la majorité) n'ont pas voté pour Hitler. Une trentaine de pour cent des voix n'équivaut pas à une majorité.

“tout cela avec une nation contre tous”. Japon, Italie (et Autriche), soldats musulmans (qui ne venaient pas d'Allemagne).

Un conseil amical, commencer une réponse avec “Lel” vous fait passer pour un retardataire et presque personne ne prendra la peine de continuer à lire vos conneries.

À peu près ça. J'ai ignoré tout ce qu'il a dit

L'Allemagne était mauvaise au combat, mauvaise à construire des véhicules blindés, et a eu de la chance de commencer la guerre quand elle l'a fait (ce qui était plusieurs années plus tôt que ce que l'armée voulait, en plus). La Grande-Bretagne et la France traînaient encore les pieds sur le plan doctrinal, la France était particulièrement réticente à répéter 1914-1918, le RKKA venait de perdre la plupart de ses officiers expérimentés (sans parler de son moral) à cause des purges de Staline, et ils étaient en plein un vaste programme de modernisation.

Si les Allemands avaient attaqué à un autre moment, ils se seraient fait enfoncer les dents, car à part la France et l'URSS, aucun des pays qu'ils ont envahis n'était exactement connu pour sa compétence militaire.

La raison pour laquelle l'Allemagne a perdu la guerre était très simple, il a combattu presque entièrement seul contre le reste du monde. Une telle guerre est inutile, vous ne pouvez pas la gagner à moins que l'ennemi ne soit totalement inférieur en termes de main-d'œuvre et de niveau technologique.

Mythes sur les mythes :
La délégation soviétique a signalé que la conception de l'optique était appelée la meilleure construction de tous les chars existants ou en développement aux États-Unis.
Ou peut être pas. Regardez ce que les États-Unis ont dit à propos de leurs propres vues.
“TM9-2601 ELEMENTARY OPTICS (avril 1945) indique que les dispositifs optiques militaires (américains) peuvent avoir une efficacité de transmission de la lumière d'aussi peu que 75 %. C'est-à-dire que l'objectif semble n'être que les 3/4 de la brillance totale à l'œil nu.”
Maintenant, comparez cela à ce à quoi ressemblaient les viseurs du T-34 :
Rapport préliminaire britannique de février 1944 sur le T-34 que les Russes leur ont envoyé. “Le taux de transmission de la lumière. Le viseur télescopique a une transmission de 39,2% et le télescope périscopique de 26,3%.”

Rien de tout cela ne ressemble à une citation pour moi.

Vous avez oublié d'ajouter des sources pour sauvegarder votre propagande prétendez-vous crétin.

>Les armures de l'ère soviétique de la guerre froide étaient épouvantables et les Américains n'avaient rien à en craindre.
Ce n'est pas vraiment un mythe de la Seconde Guerre mondiale, d'après ce que je sais, il a commencé après la première guerre du Golfe à cause des T-72 et des munitions de mauvaise qualité utilisées par l'armée irakienne.
Quoi qu'il en soit, félicitations pour les efforts, mais les gens continueront de dire que ce n'est que de la propagande communiste, même lorsque vous citez Chieftain ou Daigensui.

Propagande “communiste”. En 2013. Il doit être une sorte d'espion cubain ou quelque chose comme ça.

Non, c'est évidemment le Parti communiste de la Fédération de Russie (il existe toujours) ! >_>

La guerre du Golfe s'est produite après la guerre froide, et ces chars singes étaient à peu près des copies irakiennes construites à partir de matériaux et de normes de qualité bien pire (pour certaines raisons), y compris l'Irak se faisant arnaquer sur les achats de munitions.

C'est vrai, le T54/55 était un assez bon char et, si ce n'est pour rien d'autre, il était dangereux à cause de ses seuls numéros
La prochaine grande étape était le T72 qui est loin d'être mauvais et était une amélioration majeure par rapport aux anciens T54/55, T62 et T64
L'approche alliée était la supériorité due à la haute technologie telle que la vision nocturne de stabilisation du canon, l'optique et autres, ce qui est en partie vrai parce que les experts s'accordent à dire que les chars américains étaient équipés d'un équipement technique supérieur. Cependant, cela ne signifie pas que les soviétiques ne se sont pas approchés de la performance mais avec des chars beaucoup moins chers et plus rapides à produire.
Le principal avantage des chars alliés par rapport à leurs homologues soviétiques est la meilleure formation d'équipage et les chars sont beaucoup plus confortables, ce qui est important dans les batailles de longue durée.

Le t 55 était meilleur que tout ce que nous avions jusqu'au m 60 . Seul le britannique centurion3 était meilleur (peut-être). Lorsque l'on compare les conceptions occidentales et orientales, les gens ont toujours les échéances foutues. les chars n'en faisaient pas partie.

Le T-72 n'était pas une amélioration par rapport au T-64. C'était le résultat d'efforts pour obtenir un niveau de technologie T-64 dans un char moins cher qui pourrait être produit en plus grand nombre. Au mieux, c'était égal à bien des égards. Plus tard, le T-72 a obtenu un meilleur ensemble de mises à niveau et l'a finalement dépassé, mais cela a pris de nombreuses années.

Le truc de la CIA est hilarant. Après l'éclatement de l'URSS, lorsque les Américains ont mis la main sur ces choses, la CIA ressemblait à de vrais singes. Ce sont tous de très bons chars bien sûr, et la menace d'une supériorité numérique persiste, mais le blindage soviétique n'a jamais été aussi bon que les espions le prétendaient. Ce n'était probablement pas un problème étant donné que l'armure américaine était également assez médiocre.

Avez-vous lu le rapport? C'est en 1979, le M60A1 est le meilleur char que les États-Unis alignent à l'époque et il n'a rien à voir avec un T64/72, toujours surclassé par le T62. C'était de l'acier homogène face à la technologie soviétique qui progressait rapidement. Bien sûr, une fois que le M1 apparaît, l'histoire change légèrement par rapport aux T64/72, mais avant cela, ne croyez pas que le Patton était à l'époque quelque chose d'étonnant.

Intéressant qu'ils ne mentionnent le chef nulle part sur ce document de la CIA. Je pense (et corrigez-moi par tous les moyens si je me trompe ici) que les chars de fabrication britannique étaient toujours ceux qui avaient le meilleur tir face à leurs homologues soviétiques. Les Centurions du Commonwealth ont prouvé qu'ils étaient des chars de premier ordre en Corée, je pense que le Conqueror aurait fait le travail malgré l'absence d'un essai similaire par le feu et Chieftain malgré la fiabilité mécanique terrible des premiers modèles, était certainement un peu redoutable de trousse. Dont les modèles ultérieurs se sont relativement bien comportés entre les mains des Iraniens contre les T-72 irakiens dans la guerre Iran-Irak (bien qu'il soit vrai que les chars irakiens étaient de qualité inférieure à leurs homologues soviétiques).

Ils ont mentionné l'achat au Royaume-Uni de 100 "Chieftain Challenger 120 mm" d'ici 1985, mais dans le contexte du document, ils disaient vraiment "trop ​​peu, pas assez tôt" car il s'agit d'un document de 1979 et ils s'attendent à le T-80 à apparaître avant même qu'ils ne puissent déterminer s'ils peuvent faire fonctionner une armure composite sur le XM1.

Ils déclarent également que la plupart des forces de l'OTAN s'appuieront sur des chars de 105 mm et de plus petit calibre, ce qui est vrai.

La Corée ne veut pas dire merde en termes de char contre char, étant donné que tout le Nord n'avait que des anciens soviétiques de la Seconde Guerre mondiale. Dites simplement & #8217.

Je suppose que cela signifie que le M1A2 est affreux, car il n'a affronté que des reliques de la guerre froide à Sandistan

‘S assez décent d'après ce que je comprends – les armées modernes n'ont pas l'habitude de construire de *mauvais* MBT de plusieurs millions de dollars – mais oui, freiner quelques modèles de singes usés dans le Sandniggeristan ne le fait pas ajouter jusqu'à des droits de vantardise terriblement convaincants.

Malgré le fait que les forces communistes étaient équipées principalement de T34-85 en Corée, le Centurion s'est avéré être une machine de combat de premier ordre. Son optique et son canon étaient extrêmement précis et sa fiabilité et ses performances tout-terrain étaient également saluées comme étant très bonnes. Comme de nombreuses sources l'ont déjà montré, le rôle d'un char comprend bien plus que de tirer sur des chars ennemis.

Le fait est qu'une fois que les chars Com ont été balayés, les Américains, par exemple, ont trouvé le Sherman mieux adapté à la guerre que le Pershing, en grande partie en raison de sa bien meilleure capacité d'escalade.

Le fait est qu'un char spécifique jugé bon dans un contexte spécifique qui, dans ce cas, n'avait franchement pas grand-chose à voir avec ce à quoi la plupart des armées ont réellement conçu leurs chars * pour * n'est pas automatiquement corrélé à grand-chose.

Belton Cooper n'était pas un "mécanicien". Il était agent de maintenance. Grande différence. (Parce qu'il n'a probablement fait aucun travail physique sur les véhicules). Le Sherman était peut-être un bon char à la fin de 1942, mais il montra son âge au fur et à mesure que la guerre continuait. Il y a un grain de vérité dans ce que les détracteurs de Sherman comme Cooper ont dit même s'ils l'embellissent de manière démesurée. Vous pouvez appeler le Sherman « gagnant de la guerre » mais d'autres indiqueront des choses comme les porte-avions, les B-17/24/29, les hordes de conscrits soviétiques, les bévues d'Hitler, le T-34, etc. “vrais vainqueurs de guerre”. Alors oui, ne pensez pas que le Sherman était un véhicule génial. Il avait de l'aide.

Le reste, à l'exception de la partie sur le cul de suceur de Waffen-SS (comme ils l'ont fait), est juste un dénigrement boiteux de Wehraboo.

> Alors oui, ne pensez pas que le Sherman était un véhicule génial. Il a eu de l'aide.
Et il y avait des chiffres, de très gros chiffres. Et le carburant aussi.

oui, mais c'est aussi un avantage de ce véhicule qui est facile et rapide à produire. Tout comme le T-34.
Cela étant dit, vous avez bien sûr raison car ce n'était pas le seul char, mais à partir d'un moment donné, les alliés avaient essentiellement une supériorité aérienne presque tout le temps et un avantage écrasant en nombre (essentiellement partout, infanterie, chars, avions …)
Je pense donc qu'il est impossible de dire que ce char était supérieur à ses homologues. Presque tout le monde pense que le T-34 est le supérieur du Panzer4, ce qui est vrai pour la plupart. Mais les versions de la fin de la guerre du Panzerkampfwagen 4 ont en fait tenu bon contre lui car ils étaient armés, blindés et avaient un moteur plus gros (c'est comme dans le jeu, le Pz4 a 80 mm de blindage frontal tandis que le T-34 a quelque part environ 75 mm d'armure efficace)

L'unité de Belton Cooper n'a probablement jamais combattu un seul panthère ou un seul tigre pendant la campagne de Normandie, période au cours de laquelle il enregistre la plupart de ses plaintes (au plus la 3e division blindée a combattu quelques-uns d'entre eux dans des escarmouches mineures). Quelle que soit sa position dans l'armée américaine, il créait des fabrications presque de toutes pièces.

Donc, ce jeu est plus réaliste que les pleurnichards ne le veulent, “Comment terrible”

Réaliste? où la moitié des chars sont des œuvres de fiction ? Srsly ? S'il te plaît, va troll ailleurs.

L'histoire révisionniste à son meilleur. Alors que l'efficacité au combat des troupes et des blindés allemands est probablement exagérée, les activités des nations combattantes (sans parler des véritables anciens combattants) pendant la guerre ne confirment pas bon nombre de ces supposés "faits".

Vous êtes toujours le bienvenu pour indiquer les faits avec lesquels vous n'êtes pas d'accord.

comme si votre objectif ici, peut-être que vous avez essayé, mais que vous êtes déjà à nouveau en mode "bashing".

donc non, jamais de rapports équilibrés de ce côté, ça oscille toujours dans un sens ou dans l'autre.

Comme dit l'homme, élaboré ou GTFO.

Les chars allemands étaient donc les pires chars de la Seconde Guerre mondiale ?

Lorsque vous utilisez des trains pour déplacer des Panthers sur seulement 25 km, afin d'économiser du stress sur votre dernier trajet de merde, vous voyez que quelque chose a échoué là-bas, ils n'étaient pas nécessairement les pires, mais leur réputation est grandement exagérée.

Je pense que le problème est qu'une grande partie de ce qui est écrit dans cet article montre à peu près les chars allemands comme des morceaux de merde inutiles avec une armure et des canons misérables.
Le Tiger étant pénétré par le 75mm est un test sur les côtés, donc ça ne me surprend pas vraiment. Idem avec le T-34-85 pénétrant le Tiger II. C'est sur le côté. Là, pas de surprise. Mais rien de tout cela n'est clarifié dans ces questions, vous devez aller lire les articles.

“Même le canon de 85 mm du T-34-85 était capable de lui porter un coup fatal à 300 mètres. L'article de Wikipedia pour le Tiger II a une très belle photo d'un Tiger II avec un trou de 17 livres à l'avant.
Ironiquement, la seule arme dans les tests soviétiques qui était toujours incapable de pénétrer l'avant du Tiger II était le canon du Panther, même avec l'APCR.”

La façon dont c'est écrit, faisant référence à deux fois aux pénétrations frontales après avoir fait référence au canon de 85 mm pénétrant à 300 mètres, cela vous fait penser qu'il a également pénétré à l'avant, ce qu'il n'a pas fait. Il n'y a pas de "fausses informations" (ou du moins tout ce que moi ou la plupart d'entre nous pouvons réprimander avec des preuves appropriées), c'est juste que la façon dont c'est écrit, IMO, les fait sonner pire qu'ils ne l'étaient vraiment.

En effet, et la pénétration frontale 17pdr se fait par la tourelle ce qui était probable avec HVAP

C'est ainsi que fonctionne la propagande. Prenez un peu de vérité, puis mélangez-la avec le mensonge pour qu'il semble que le mensonge devienne la vérité.

En effet. Si je me souviens bien, de nombreux chars (les Sherman en particulier) avaient des canons qui pouvaient facilement manipuler le Tigre - en se faufilant et en lui tirant dans le cul. Je ne dis pas que les informations publiées sont fausses, j'aimerais juste voir une meilleure formulation et plus de détails, car cela implique en quelque sorte qu'un T-34-85 pourrait tuer un Tigre de face.

Quant à la Panther, je suis l'un de ces gars, j'ai honte de l'admettre, mais je le suis jusqu'à un certain point. Quand vous avez un char comme celui-ci qui a tellement de potentiel, arrêtez de perdre du temps avec des armes miracles stupides ! Il n'y a aucune raison de faire des efforts sur la série E, Maus, Lowe ou tout ce que vous voulez lorsque vous avez une conception parfaitement bonne et parfaitement évolutive qui a juste besoin de quelques problèmes de production et de conception. Travaillez sur un meilleur acier pour le blindage, améliorez la fiabilité de la transmission, inventez un système de roues de route qui n'a pas besoin d'être dégivré tous les matins à cause de la boue lorsque vous vous battez contre le général Winter en Russie, et rationalisez simplement la conception pour se débarrasser de toute cette complexité allemande classique.

Donc, en d'autres termes, je veux une Panthère telle que fabriquée par l'Amérique ou les Soviétiques.

Eh bien, est-ce vraiment faux ?!

vous ne dites pas quel genre de Sherman tue quel type de tigre (même chose avec le t34-85)
un 76 ou un 85 pourrait raisonnablement parquer un tigre1 de face et un tigre deux de côté à courte distance.

une panthère alliée ? la chose la plus proche à laquelle je peux penser est un centurion :P

Cette pénétration du « pounder » a en fait été faite par des Allemands avec un autre King Tiger. Le Tiger 2 pénétré était en panne et ils perdaient la zone pour les alliés, ils ont donc décidé de tester les canons sur ce char au cas où certains seraient capturés par l'ennemi et utilisés contre les allemands.

Leurs chars n'étaient pas particulièrement bons, c'est surtout le Panther et le Tiger. Les Allemands se sont très bien battus pour la plupart, mais ce n'était pas parce qu'ils excellaient dans la guerre char contre char. La plupart des pertes de chars alliés étaient dues aux canons antichars remorqués, et non aux Panzers.

Je préfère les faits aux opinions :
Au cours des quatre premiers mois de 1944, les canons antichars étaient responsables d'environ 24 % des pertes de chars soviétiques. Les chars allemands (40 %) et les canons d'assaut 21 (%) représentaient 61 %.

J'ai déjà vu cette étude, et cela ne veut pas vraiment dire ce que vous pensez.

La raison en est que cette étude a été réalisée par des observateurs allemands qui observaient des épaves récupérées. Par définition, une épave récupérée est une épave dans laquelle les Allemands ont conservé la possession du champ de bataille, généralement lorsque leurs chars ont contre-attaqué.

En revanche, les rapports de pertes réelles des Alliés montrent exactement le contraire : les pertes dues aux chars ennemis forment l'extrême minorité des pertes de chars.Même les Panzerfausts comptaient pour plus de pertes à la fin de 1944 (au moins parmi les Alliés occidentaux).

Cela a du sens, car les chars alliés et les armes AT remorquées et portables allemandes étaient présents sur beaucoup plus de champs de bataille que les AFV allemands comparativement rares.

Vous continuez à utiliser le mot fait alors que vous devriez utiliser une opinion. Évidemment, chaque retardé est autorisé à poster ici.

Oui, les documents d'archives sont clairement des opinions.

Alors soudain, les papiers de propagande sont des documents d'archives – en Russie soviétique, tout est possible

Soudain, tout ce qui vient de la Ligue est de la propagande, tout ce qui vient des États-Unis et de l'Allemagne est de purs faits & #8230 vrai & #8230

S'il est dit que les chars allemands sont des chars super méga über stronk, alors bien sûr, c'est un fait, comment pouvez-vous en douter ?

Fréquemment, ils le sont. Ce n'est pas parce qu'un document se trouve quelque part dans les archives du gouvernement qu'il est factuel. *AUCUN* document unique ne fait autorité. La preuve nécessitera toujours de multiples sources, et cela vaut pour les mythes et les faits. Vous faites bien d'exploser les mythes EE, mais vous vous éloignez parfois un peu de la création du vôtre.

Oh, voyez qui aboie son EnsignExpendable, notre bien-aimé komissar de propagande soviétique, continuez le travail en disant que chaque réalisation allemande est un mensonge, tellement butthurt êtes-vous juste jaloux.

Vous avez tous un faux reflet de la seconde guerre mondiale à cause de ce jeu stupide, il n'y avait pas de puissant >IS3-ISX, T54/62, américain T-28/29/30/32/34/95, M103, T110EX, british chieftain, centurion ou chars français de haut rang qui ont combattu pendant la seconde guerre mondiale.

Seulement des BT, des T34, des IS-IS2, des Su-76/85/100/122/152, des ISU, des Shermans, des Hellcats, des M8 Greyhound, des Wolverine, des Jackson, des Churchills, des Crusaders, des Cromwells, des Archers et beaucoup d'autres papertanks qui ont souffert beaucoup de pertes contre une machine de guerre aussi faible et faible d'une nation, les allemands, ouais cela a du sens d'être meilleur en tant qu'allemand avec ses propres chars de merde contre beaucoup plus de chars en nombre des autres nations qui étaient toutes supérieures bien sûr& #8230

Je savais que tu devais paniquer quand tu lis rarement quelque chose de bien sur les allemands sur ce blog, tu dois le faire flotter avec de la propagande soviétique et tout ce BS, par exemple comme Staudegger, des viseurs allemands, des designs innovants comme pantehr qui a beaucoup influencé après la seconde guerre mondiale des chars français, allemands et autres jusqu'à la fin du 20ème siècle, oh et devinez qui fabrique les canons pour Abrams…

Qui a besoin d'un T-55 quand le blindage frontal craque après quelques coups non pénétrants lolol.

Quels chars ont été influencés par les conceptions allemandes de la Seconde Guerre mondiale autres que la série AMX-50, qui se sont avérées être des échecs ?

Frappe moi. J'ai vu Daigensui faire une affirmation similaire dans un fil de discussion sur l'E-50, mais en plus d'être "poétique" (comme elle l'appelait), elle n'est pas entrée dans les détails.
Honnêtement, je vois beaucoup plus d'influence du T-54 sur le T-62 et même du T-72/90 que l'influence de Panther sur Leopard 1 ou Leopard 2.

parce que le T55 est un design d'après-guerre et les soviétiques ont toujours eu leurs propres idées sur la façon de construire un char.
Les chars russes sont toujours de petite taille, moins de poids, petite tourelle
Et juste parce qu'ils se ressemblent ne signifie pas que leurs internes sont les mêmes

Tous les alliés ont étudié les chars allemands capturés et je doute fort qu'ils admettent que certaines parties de leurs chars sont inspirées des chars allemands. Peut-être qu'ils l'ont fait peut-être qu'ils ne l'ont pas fait.

Ohh et attention après avoir vu le Stg44 allemand, les Soviétiques ont soudainement investi l'AK47.
Bien sûr, ils n'étaient pas inspirés par ZE GERMANS, tout cela était dû au fait qu'ils étaient super intelligents & #8230.
Ils ont juste échangé le mécanisme (similaire au SKS si je ne me trompe pas) mais l'idée de base d'un fusil d'assaut a été copiée du Stg44. Michail Kalashnikov peut nier tout ce qu'il veut …

Loled à la connexion STG-44 AK.
L'idée du fusil d'assaut consiste essentiellement à mettre un obus plus court/plus petit dans un fusil semi-automatique et à le faire tirer en rafale ou en automatique. Première arme conçue dans une telle idée en tête ? Fusil Fiodorov 1917. Russe comme de la merde, à part les munitions japonaises (6,5x50mm voir ronde plus petite/plus courte, dans la version précédente, il y avait une autre cartouche de 6,5 mm développée spécialement pour cela, mais je suppose qu'ils voulaient quelque chose qui a été utilisé plus couramment).
Comme le mécanisme de l'AK-47 diffère beaucoup du MP-43/STG-44, il n'est guère possible qu'il soit une copie.

Les divers développements de la série E ont été utilisés dans le développement des chars suisses, qui ont été utilisés dans le développement du Leopard 1. Fondamentalement, bien que les caractéristiques de conception elles-mêmes n'aient peut-être pas été intégrées au Leopard 1, les les influences et les leçons apprises contribueraient à faire du Leopard 1 le grand char qu'il est devenu.

Tous les MBT’, car la panthère pourrait être considérée comme un premier MBT (armure décente + mobilité décente + puissance de feu décente pour tous les rôles)

Pas de mobilité décente. Il est plus lourd que le char IS et avait une très faible mobilité stratégique.
MBT signifie seulement que vous unifiez les rôles des chars lourds, moyens et légers. Un char est donc qualifié de CCP s'il n'y a pas de char lourd utilisé dans la doctrine de l'armée. Ainsi l'URSS n'avait pas de CCP jusqu'à ce que le T10 soit retiré, ni les USA alors qu'ils avaient le m103.
Selon votre métrique, le dernier modèle pz3, m4, t 34 était un bien meilleur MBT quand ils sont sortis.

Une chose à laquelle je pensais ces derniers temps, c'est combien de fois j'ai lu des livres ou des articles sur Internet qui décrivent les chars allemands de la fin de la guerre, en particulier le Panther et le Tiger 2 comme ayant une grande influence sur la conception des chars d'après-guerre. Plus j'y pense, moins je suis d'accord. En fait, je dirais que le Panther et le Tiger 2 étaient à peu près des impasses de développement, peu d'aspects de leur conception étant adoptés dans les véhicules d'après-guerre. Ces deux véhicules n'avaient d'influence que dans le sens très général où ils relevaient la barre en termes de poids d'un char moyen ou lourd. Leur existence a incité les pays alliés à développer des véhicules plus lourds avec le blindage et la puissance de feu appropriés pour correspondre aux "chats" allemands de la fin de la guerre, mais ils ne leur ont pas emprunté beaucoup de caractéristiques de conception.

Pour prouver mon point, regardons les caractéristiques de conception particulières des « chats » (Panthère et Tigre). La disposition des chars était très conventionnelle, avec trois hommes dans la tourelle et deux dans la caisse. C'était à peu près

la norme pour la plupart des chars de la Seconde Guerre mondiale. Les conceptions d'après-guerre tendaient vers l'élimination du deuxième membre d'équipage de la coque, les Russes le faisant d'abord avec la conception IS2 et les Américains et les Britanniques emboîtant le pas plus tard avec le M-48 et le Centurion. On voit donc que les "chats" n'étaient pas en avance sur leur temps à cet égard. D'un point de vue automobile, les chats étaient également assez conventionnels, avec un moteur à essence monté à l'arrière et la transmission à l'avant. Cette configuration d'agencement était assez courante, les États-Unis l'utilisaient dans la gamme de chars moyens M3-M4 et la gamme de chars légers M2-M5, de même que les Italiens, les Japonais et les Tchèques. Les Britanniques et les Russes avaient déjà compris les avantages d'avoir une transmission montée à l'arrière et en avaient fait la norme sur la plupart de leurs modèles. Les Russes et les Japonais étaient passés aux blocs d'alimentation diesel pour les chars avant le début de la guerre. Les moteurs diesel avec transmissions montées à l'arrière deviendraient la norme dans la plupart des conceptions de chars d'après-guerre, deux caractéristiques absentes du Panther et du Tiger.

En ce qui concerne la suspension, les chats comportaient des barres de torsion, qui deviendraient la forme de suspension la plus populaire pour les chars dans l'après-guerre. Cependant, les barres de torsion n'étaient pas uniques à ces véhicules. Les Allemands avaient déjà aligné des milliers de Panzer et Stug 3′ qui avaient des suspensions à barre de torsion. Les Russes avaient des barres de torsion dans le KV 1 qui est apparu en 1940. En 1944, les États-Unis étaient passés aux barres de torsion avec l'introduction du M-26 Pershing, du chasseur de chars M-18 et du char léger M-24 Chaffee. Nous pouvons donc voir que l'utilisation de barres de torsion sur les chats n'était pas une nouvelle caractéristique de conception. La seule caractéristique unique aux chats que personne n'a copiée pour un véhicule de production après la guerre était leur système de roues de route qui se chevauchent. Le système allemand de chevauchement des roues de route a peut-être permis une conduite confortable, mais il a également rendu l'entretien difficile, a ajouté un poids supplémentaire au véhicule et avait tendance à se boucher par la neige et la boue par temps froid. Les seuls modèles de chars d'après-guerre qui ont revisité l'idée de roues de route superposées ou entrelacées étaient le modèle français AM-50 de l'immédiat après-guerre, il n'est jamais entré en production.

En termes de puissance de feu, le Panther et le Tiger 2 comportaient des canons à très grande vitesse de 75 ou 88 mm d'alésage avec un rapport longueur/alésage d'environ 70. Ce rapport est nettement plus élevé que celui de la plupart des conceptions de chars d'après-guerre qui se situaient principalement dans les années 40. -60 gamme. Nous devons supposer que les concepteurs d'après-guerre ont découvert que les canons avec des rapports de calibre supérieurs à 70 n'étaient pas optimaux. Les munitions perforantes allemandes n'étaient pas fondamentalement différentes de celles des alliés, les deux camps s'appuyant principalement sur des obus perforants à plomb solide (les obus allemands avaient parfois une petite charge explosive contrairement aux obus alliés occidentaux.) La conception de canon de char allemand la plus innovante était le & #8220squeeze bore” canon qui se rétrécit à un diamètre plus petit à la bouche du canon. Le pistolet à alésage compressible nécessitait des cartouches en acier au tungstène qui étaient rares, de sorte qu'il n'était pas utilisé en nombre significatif sur aucun AFV allemand. La véritable avancée dans le domaine des munitions perforantes est venue des Britanniques qui ont inventé le sabot de mise au rebut pour leurs canons de 6 et 17 livres. Le sabot de mise au rebut est devenu le principal obus de pénétration cinétique utilisé dans la plupart des canons de chars d'après-guerre. À cet égard, il est sûr de dire que le 17 livres britannique était un design plus influent que le Kwk 42 du Panther ou le Kwk 43 du Tiger 2.

Fait intéressant, le seul pays dont les conceptions des AFV montrent un degré d'influence du Panther et du Tiger 2 étaient les chars d'après-guerre de première génération en France. Dans l'immédiat après-guerre, la France exploitait un bataillon de Panthers capturés, de sorte que ces véhicules ont peut-être été utilisés comme source d'inspiration pour leurs concepteurs de chars d'après-guerre. L'influence la plus évidente dans les conceptions françaises était le canon principal de leur char léger AMX 13 qui a été décrit comme une copie du Panter Kwk 42. Ironiquement, ce canon serait également utilisé dans le M israélien. -50 char Sherman amélioré. L'AMX 50 français a une forme de coque et des roues qui rappellent beaucoup le Panther et le Tiger 2, bien qu'il ne dispose pas d'une transmission montée à l'avant.

Les chars Panther et King Tiger ont établi de nouvelles normes en matière de puissance de feu et de protection blindée lorsqu'ils ont été introduits en 1943 et 1944. Cela n'est pas contesté, pas plus que le fait que ces chars ont forcé les alliés à réévaluer leurs propres conceptions pour contrer les puissants Allemands. Véhicules. En ce sens, oui, la Panther et le King Tiger étaient influents. Cependant, ces deux véhicules étaient à bien des égards des conceptions allemandes conventionnelles de leur époque. De nombreux aspects de leurs conceptions ne sont pas devenus courants dans les conceptions d'après-guerre, et certaines caractéristiques particulières, telles que les roues de route qui se chevauchent, n'ont jamais été utilisées dans les véhicules de production d'après-guerre. Par conséquent, je pense qu'il est sûr de dire que les conceptions de chars allemands de la fin de la guerre, bien qu'impressionnants par leur puissance et leur taille, n'étaient pas tant les ancêtres de la conception des chars d'après-guerre, mais plutôt une ramification (et une impasse) de la conception évolutive des chars. arbre.

La meilleure chose à propos de ce fil, ce sont toutes les personnes qui sont bannies pour avoir enflammé EE.


Diamètre de l'anneau de la tourelle du char moyen M2

  • Ce sujet est verrouillé

Meplat #21 Publié le 15 déc. 2013 - 22:01

Walter_Sobchak, le 15 décembre 2013 - 13:47, a déclaré :


Comme je l'ai dit dans mon message, le canon coaxial était un avion de calibre 50 (canon plus court, manchon de canon complet), dont un certain nombre de la Troisième Armée a « libéré ». Les images proviennent de l'Armored Thunderbolt de Zaloga, il déclare dans le texte du livre que le canon coaxial est la version aéronautique du .50.

Vous l'avez fait, je l'ai raté, mon mauvais.

J'aimerais toujours voir le montage, car le 1919 et l'avion M2 .50" sont des canons très différents.

Dominatus #22 Publié le 15 déc. 2013 - 22:33

RedShocktrooper #23 Publié le 15 décembre 2013 - 23:21

Meplat, le 15 décembre 2013 - 11:59, a déclaré :


Légèrement, avec des positions inversées. Beaucoup de bonnes idées ont été abandonnées lorsque tout le monde pensait que les réservoirs devraient fonctionner dans un état pressurisé et scellé à cause des environnements NBC.

Apparemment, l'un d'eux était "Le chargeur reste dans le véhicule", car il doit y avoir une raison pour laquelle le M1 est le seul char moderne avec deux canons montés sur pivot. Une recherche rapide d'autres chars de l'OTAN et de l'Est montre qu'ils s'en tiennent tous à un seul canon monté sur le dessus.

Xlucine #24 Publié le 15 déc. 2013 - 23:42

EnsignExpendable #25 Publié le 15 décembre 2013 - 23:44

Dominatus, le 15 décembre 2013 - 16:33, a déclaré :

T-28 ! Les premiers T-26 à double tourelle étaient aussi un peu idiots.

Dominatus #26 Publié le 15 déc. 2013 - 23:48

Cl4nkCl4nk #27 Publié le 15 décembre 2013 - 23:50

EnsignExpendable, le 11 décembre 2013 - 22h40, a déclaré :

Meplat #28 Publié le 15 déc. 2013 - 23:57

RedShocktrooper, le 15 décembre 2013 - 15:21, a déclaré :

Apparemment, l'un d'eux était "Le chargeur reste dans le véhicule", car il doit y avoir une raison pour laquelle le M1 est le seul char moderne avec deux canons montés sur pivot. Une recherche rapide d'autres chars de l'OTAN et de l'Est montre qu'ils s'en tiennent tous à un seul canon monté sur le dessus.


Vérifiez les photos d'armures utilisées au Moyen-Orient. Vous verrez toutes sortes de variations, en particulier avec les armures israéliennes.

CM_Kruger #29 Publié le 16 décembre 2013 - 00:44

Dominatus, le 15 décembre 2013 - 13:33, a déclaré :

Le M3 Lee serait un concurrent, il a la tourelle coaxiale, une coupole au-dessus de la tourelle et deux mitrailleuses supplémentaires pour le conducteur.

Meplat #30 Publié le 16 déc 2013 - 01:01

the_redstar_swl, le 15 décembre 2013 - 16:44, a déclaré :

Le M3 Lee serait un concurrent, il a la tourelle coaxiale, une coupole au-dessus de la tourelle et deux mitrailleuses supplémentaires pour le conducteur.


Les premiers médiums M4 avaient une monture jumelle similaire de .30".

EnsignExpendable #31 Publié le 16 décembre 2013 - 02:45

Jeeps_Guns_Tanks #32 Publié le 16 décembre 2013 - 03:41

CM_Kruger #33 Publié le 16 décembre 2013 - 05:54

Jeeps_Guns_Tanks, le 15 décembre 2013 - 18h41, a déclaré :

Les photos sur le site que j'ai lié indiquent que les trous de montage existaient sur toutes les versions de coque, rivetées, coulées et soudées, à l'exception des subventions envoyées au Royaume-Uni qui, apparemment, avaient juste recouvert les trous. Je suppose que s'ils n'étaient pas normalement montés, soit les unités opérationnelles les ont simplement retirées et les ont utilisées à la place pour d'autres choses, soit au moment où il a été décidé de les retirer, il ne servait à rien de changer la conception au-delà peut-être des bouchons de soudage dans les trous du champ.

Jeeps_Guns_Tanks, le 15 décembre 2013 - 18h41, a déclaré :

"D'après l'expérience pratique, nous avons découvert que les armes à feu de conducteur sont stupides comme l'enfer et seront encore omises des véhicules."